Je suis
Ingrid (je ne vais pas au cinéma). Jeune trentenaire (help !). Impulsive (très). Sensible (beaucoup). Franche (malgré moi). Amoureuse des bêtes (et de son homme). Tente toujours d'apprivoiser la vie (surtout ses bons côtés).

ailleurs
Mes pensées non phylosophiques : Facebook
Ne pas rater les publications : Hellocoton
S'inspirer : Pinterest
Voir mes jolies photos : Flickr
instagram

A suivre
J'veux être bonne / Fraise & Basilic / Mamzelle Papotine / Blog du dimanche / The stage door / Princesse guerrière / Etcetera / Ma'zelle / La Mouette / Les divagations de Ginie / Les petits riens / Strange red haired / Little black sheep / Et croquer la vie / Annouchka / Xelou / Ally Pitypang / Je ne sais pas choisir / The dreamcatcher / Fuite en avant / I feel blue
archives



credits
Ce blog est à usage non commercial. Les textes appartiennent à son auteure. Quant aux photos, elles viennent, pour la plupart, du site We ♥ it.

Version n°16 avec Michelle Trachtenberg
Layout par Mémorables Oublis
Codage par Mémorables Oublis & !ferris.
Administration : Privé
mercredi 28 janvier 2015
A cheval sur la politesse


J'ai reçu une éducation basée sur le respect. Bonjour, merci, pardon et au revoir sont innés en moi. Je trouve ces mots normaux. Mais chose rare à l'époque actuelle... J'vais d'ailleurs pas revenir sur le manque de respect des gosses et parfois même des adultes, qui se banalise de plus en plus.

Rentrer dans un magasin en disant bonjour, je trouve cela normal. Pareil lorsque je bouscule inconsciemment quelqu'un et que je m'excuse. Tout comme dire merci lorsqu'on me tend quelque chose. Au revoir lorsqu'on doit partir etc...

Mais parfois, je me demande si je n'en fais pas de trop. Ou que je suis restée polie et respectueuse alors qu'aujourd'hui, c'est devenu tellement optionnel.

Dernièrement, j'ai fait dons de certaines choses dont je souhaitais me séparer. Plutôt que de donner à des inconnus, autant faire profiter des connaissances. Je n'ai pas eu de merci bien que la personne ait trouvé son bonheur parmi tout ce dont je me débarrassais.

J'ai réitéré et là encore, pas de "Merci, c'est gentil".

La troisième fois fut la goutte d'eau qui débordait du vase. Je n'ai pas fait de remarque (bien que je l'ai pensé très fort mais maintenant, elle peut aller se faire voir très très loin).

Est-ce tellement compliqué de remercier de nos jours ? En demanderais-je de trop ? Et qu'est-ce qui empêche tant les gens de remercier, saluer, s'excuser ? Même si elles ne le pensent pas, au moins pourraient-elles le dire.

Après, on s'étonne qu'on ne pense qu'à nous, que l'on devient aigris, qu'on fait la gueule etc... Mais la politesse ne doit pas être négligée ! Et elle n'a pas d'âge, ni de niveau social.

Je ne demande pas à ce qu'on dise bonjour à chaque personne que vous croisez dans la rue ou à celles présentes dans le métro. Je ne demande pas de sombrer dans la stupidité. Mais qu'on applique un minimum des règles qui fait que ça irait peut-être mieux dans la vie.

Merci lorsqu'on offre quelque chose
Pardon lorsqu'on bouscule quelqu'un
S'il vous plait lorsqu'on demande quelque chose

Si certains ne savent pas faire ça, faut pas s'étonner qu'après, on vous dise "merde".

Libellés :


(3) mémorable(s) oubli(s)



dimanche 25 janvier 2015
Quand on aime quelqu'un, on le retient


La sécurité routière a fait son travail de fin d'années en diffusant plus que d'habitude, des spots de prévention sur les dangers de l'alcool au volant.

Et j'avoue avoir souri en les voyant/entendant. Comme s'il était si facile de retenir quelqu'un qui insiste pour prendre la voiture alors qu'il en tient une bonne. Et c'est tellement facile de nous faire culpabiliser avec ces spots de prévention si nous ne sommes pas arrivés à éviter la catastrophe.

Je vais prendre pour exemple l'ancien pote de Fred avec qui nous avons coupé les ponts il y a 2 ans (rappelez-vous, celui qui faisait tout pour m'avoir/me sauter).

Il a déjà eu des accidents, il a connu des potes/connaissances accidentés et parfois tués sur la route à cause, principalement, de l'alcool. Est-ce que ça l'a fait réfléchir ? Absolument pas ! Il a continué ses conneries.

Au début où je l'ai connu, je voyais d'un très mauvais œil qu'il reprenne la route dans cet état. Les autres pensaient pareil que moi mais s'étaient résignés depuis bien longtemps à le raisonner (et certains n'étaient pas mieux que lui, avouons-le).

Du coup, lorsqu'il venait manger à la maison, j'insistais pour qu'il vienne à pied (il habite à à peine un kilomètre) mais la paresse prenait le pas sur la raison. Combien de fois j'ai tenté de lui faire ouvrir les yeux sur les risques qu'il prenait. Car il peut s'en passer des choses sur un kilomètre. Accident corporel ou matériel, sur lui, sur quelqu'un, sur sa voiture, sur celle d'un autre. Combien de fois, comme dans le spot de la prévention routière, j'ai tenté de lui prendre ses clés de voiture. Et je n'ai vraiment pas insisté car il l'avait mauvaise. Combien de fois j'ai essayé de lui faire comprendre que s'il se passait quelque chose sur le trajet du retour, je m'en voudrais beaucoup de ne pas avoir su trouver les mots et les gestes pour le garder ! Et je ne vous raconte pas lors des fins de soirées où je lui proposais de dormir ici en attendant qu'il aille mieux...

J'ai tout fait, même Fred. Il n'a jamais rien voulu entendre. J'ai fini par me décharger de toute responsabilité morale s'il lui arrivait quelque chose ou à d'autres (car je crois bien qu'aux yeux de la justice, on peut être tenu responsable, non ?). Car ils sont bien beau avec leur spot joliment mis en scène mais la réalité est toute autre.

Tout le monde ne réagit pas de la même manière. Avec ou sans alcool. Ce pote, il se foutait clairement de ce qui pouvait lui arriver. Il préférait pleurer sur son sort après la catastrophe. Si on tentait de le raisonner, il s'emportait. Lui prendre ses clés et il devenait mauvais.

La culpabilité est forte pour la personne qui laisse repartir. Mais lui coller la responsabilité des conséquences, je trouve cela facile. Et injuste. Je trouve cela un peu dégueulasse qu'on tente de nous rejeter la faute avec ce slogan "quand on aime quelqu'un, on le retient". Bien sûr que lorsqu'on tient à quelqu'un, on ne va pas le laisser se jeter dans la gueule du loup !

Les inconscients ne sont pas les personnes que la sécurité routière veut nous faire croire. Les personnes que l'on souhaite viser, doivent être celles qui ont des choses à se reprocher. A commencer par celles qui ne prennent pas leur responsabilité en buvant et surtout, en prenant ensuite le volant. Quant à retenir la personne si on tient à elle, c'est très facile d'en faire un slogan. Faire culpabiliser celle qui n'a pas su retenir l'autre, c'est facile également.

Messieurs Dames de la sécurité routière, vous vous trompez de coupable.

Libellés :


(5) mémorable(s) oubli(s)



jeudi 22 janvier 2015
Pour trois fois rien


A quelques jours des fêtes, je suis allée faire un tour chez Noz. Il est rare que j'y aille car Monsieur n'aime vraiment pas ce magasin. Pour deux raisons : c'est beaucoup des babioles et surtout, c'est le bordel (et il a raison).

Pour ma part, j'ai eu du mal à y aller au début pour une toute autre raison. Je ne me sentais pas à ma place. Dans le sens que c'est un magasin très discount et je me disais au fond de moi qu'il y avait des personnes plus appropriées que moi pour y aller et profiter des bonnes affaires. Puis, après réflexion, je me suis dit que j'étais bien bête de penser ainsi. Le magasin n'est pas ouvert qu'aux démunis, je ne travaille pas et ne touche pas le RSA. Et quand bien même... Alors à partir de ce jour, je m'y rends avec plaisir car je sais que je vais trouver des petites choses sympa et que le billet bleu (et un peu plus, hem hem) sera utile au passage en caisse.

Noz, j'y vais principalement pour des livres. 18€ l'unité en temps normal. Chez Noz, ce sera 2€ maximum. Et ce n'est franchement pas négligeable, moi qui adore lire. A côté de ça, je trouve parfois des soins beauté : dentifrice colgate (1€), huile élixir du Petit Marseillais (2€ pièce, trois fois moins cher qu'en grande surface (j'en ai pris 6 d'un coup) (je n'ai jamais gardé les pointes douces aussi longtemps)), savon Palmolive (1.90€), déo Adidas (1.60€) etc... Sérieux, je serais bien bête de ne pas en profiter, non ?!

Je peux également vous parler des vernis qui coûtent 1€. J'en ai acheté une quinzaine d'un coup il y a deux ans et franchement, ça ne vient peut-être pas de chez Essie & Cie mais ils ont une belle tenue et sont facile à appliquer. La couleur est là. La marque, j'm'en fiche un peu...

Idem concernant les bijoux. J'ai trouvé une chouette paire de boucle d'oreilles pour 1€50 ! Je les adore ! Ça change des créoles que je mets sans cesse. Elles sont jolies et aucun défaut. Je regrette de ne pas avoir fouillé plus à la découverte d'autres trésors.

Il y a aussi le gros pot de vernis V33 pour notre cabane que l'on a déniché pour 19€ (au lieu de 35€) et on a acheté différents styles de boules de Noël (pas loin d'une centaine) pour seulement 12€.

Et puis, et puis... Y a souvent des chocolats Milka, du bon nougat, des Daim's, du cappuccino Nestlé (tout ça, c'est la seconde raison inavouable qui me fait aller chez Noz (Monsieur n'est pas dupe)).

Alors oui, ce magasin, c'est le gros foutoir, y a souvent beaucoup de conneries mais question bonnes affaires, y a pas à dire, c'est le top ! J'ai dû acheter 10/12 livres en 2014 et je n'ai même pas atteint les 20€. Qui dit mieux ?

Je rappelle que Noz revend suite à du sinistre, de la faillite, de l'incendie ou à date courte. Donc 80% des produits proposés sont les mêmes que dans les grandes surfaces.

Donc si comme moi vous êtes à la recherche de bonnes affaires, du genre pas les moyens de claquer autant dans un livre alors que vous adorez lire, rendez-vous ici pour connaître le Noz le plus proche de chez vous (la newsletter vous tenant informé des arrivages).

Article non sponsorisé

Libellés :


(0) mémorable(s) oubli(s)



«
mercredi 28 janvier 2015
A cheval sur la politesse


J'ai reçu une éducation basée sur le respect. Bonjour, merci, pardon et au revoir sont innés en moi. Je trouve ces mots normaux. Mais chose rare à l'époque actuelle... J'vais d'ailleurs pas revenir sur le manque de respect des gosses et parfois même des adultes, qui se banalise de plus en plus.

Rentrer dans un magasin en disant bonjour, je trouve cela normal. Pareil lorsque je bouscule inconsciemment quelqu'un et que je m'excuse. Tout comme dire merci lorsqu'on me tend quelque chose. Au revoir lorsqu'on doit partir etc...

Mais parfois, je me demande si je n'en fais pas de trop. Ou que je suis restée polie et respectueuse alors qu'aujourd'hui, c'est devenu tellement optionnel.

Dernièrement, j'ai fait dons de certaines choses dont je souhaitais me séparer. Plutôt que de donner à des inconnus, autant faire profiter des connaissances. Je n'ai pas eu de merci bien que la personne ait trouvé son bonheur parmi tout ce dont je me débarrassais.

J'ai réitéré et là encore, pas de "Merci, c'est gentil".

La troisième fois fut la goutte d'eau qui débordait du vase. Je n'ai pas fait de remarque (bien que je l'ai pensé très fort mais maintenant, elle peut aller se faire voir très très loin).

Est-ce tellement compliqué de remercier de nos jours ? En demanderais-je de trop ? Et qu'est-ce qui empêche tant les gens de remercier, saluer, s'excuser ? Même si elles ne le pensent pas, au moins pourraient-elles le dire.

Après, on s'étonne qu'on ne pense qu'à nous, que l'on devient aigris, qu'on fait la gueule etc... Mais la politesse ne doit pas être négligée ! Et elle n'a pas d'âge, ni de niveau social.

Je ne demande pas à ce qu'on dise bonjour à chaque personne que vous croisez dans la rue ou à celles présentes dans le métro. Je ne demande pas de sombrer dans la stupidité. Mais qu'on applique un minimum des règles qui fait que ça irait peut-être mieux dans la vie.

Merci lorsqu'on offre quelque chose
Pardon lorsqu'on bouscule quelqu'un
S'il vous plait lorsqu'on demande quelque chose

Si certains ne savent pas faire ça, faut pas s'étonner qu'après, on vous dise "merde".

Libellés :


COMMENTAIRES : (3) REPONSE(S)



dimanche 25 janvier 2015
Quand on aime quelqu'un, on le retient


La sécurité routière a fait son travail de fin d'années en diffusant plus que d'habitude, des spots de prévention sur les dangers de l'alcool au volant.

Et j'avoue avoir souri en les voyant/entendant. Comme s'il était si facile de retenir quelqu'un qui insiste pour prendre la voiture alors qu'il en tient une bonne. Et c'est tellement facile de nous faire culpabiliser avec ces spots de prévention si nous ne sommes pas arrivés à éviter la catastrophe.

Je vais prendre pour exemple l'ancien pote de Fred avec qui nous avons coupé les ponts il y a 2 ans (rappelez-vous, celui qui faisait tout pour m'avoir/me sauter).

Il a déjà eu des accidents, il a connu des potes/connaissances accidentés et parfois tués sur la route à cause, principalement, de l'alcool. Est-ce que ça l'a fait réfléchir ? Absolument pas ! Il a continué ses conneries.

Au début où je l'ai connu, je voyais d'un très mauvais œil qu'il reprenne la route dans cet état. Les autres pensaient pareil que moi mais s'étaient résignés depuis bien longtemps à le raisonner (et certains n'étaient pas mieux que lui, avouons-le).

Du coup, lorsqu'il venait manger à la maison, j'insistais pour qu'il vienne à pied (il habite à à peine un kilomètre) mais la paresse prenait le pas sur la raison. Combien de fois j'ai tenté de lui faire ouvrir les yeux sur les risques qu'il prenait. Car il peut s'en passer des choses sur un kilomètre. Accident corporel ou matériel, sur lui, sur quelqu'un, sur sa voiture, sur celle d'un autre. Combien de fois, comme dans le spot de la prévention routière, j'ai tenté de lui prendre ses clés de voiture. Et je n'ai vraiment pas insisté car il l'avait mauvaise. Combien de fois j'ai essayé de lui faire comprendre que s'il se passait quelque chose sur le trajet du retour, je m'en voudrais beaucoup de ne pas avoir su trouver les mots et les gestes pour le garder ! Et je ne vous raconte pas lors des fins de soirées où je lui proposais de dormir ici en attendant qu'il aille mieux...

J'ai tout fait, même Fred. Il n'a jamais rien voulu entendre. J'ai fini par me décharger de toute responsabilité morale s'il lui arrivait quelque chose ou à d'autres (car je crois bien qu'aux yeux de la justice, on peut être tenu responsable, non ?). Car ils sont bien beau avec leur spot joliment mis en scène mais la réalité est toute autre.

Tout le monde ne réagit pas de la même manière. Avec ou sans alcool. Ce pote, il se foutait clairement de ce qui pouvait lui arriver. Il préférait pleurer sur son sort après la catastrophe. Si on tentait de le raisonner, il s'emportait. Lui prendre ses clés et il devenait mauvais.

La culpabilité est forte pour la personne qui laisse repartir. Mais lui coller la responsabilité des conséquences, je trouve cela facile. Et injuste. Je trouve cela un peu dégueulasse qu'on tente de nous rejeter la faute avec ce slogan "quand on aime quelqu'un, on le retient". Bien sûr que lorsqu'on tient à quelqu'un, on ne va pas le laisser se jeter dans la gueule du loup !

Les inconscients ne sont pas les personnes que la sécurité routière veut nous faire croire. Les personnes que l'on souhaite viser, doivent être celles qui ont des choses à se reprocher. A commencer par celles qui ne prennent pas leur responsabilité en buvant et surtout, en prenant ensuite le volant. Quant à retenir la personne si on tient à elle, c'est très facile d'en faire un slogan. Faire culpabiliser celle qui n'a pas su retenir l'autre, c'est facile également.

Messieurs Dames de la sécurité routière, vous vous trompez de coupable.

Libellés :


COMMENTAIRES : (5) REPONSE(S)



jeudi 22 janvier 2015
Pour trois fois rien


A quelques jours des fêtes, je suis allée faire un tour chez Noz. Il est rare que j'y aille car Monsieur n'aime vraiment pas ce magasin. Pour deux raisons : c'est beaucoup des babioles et surtout, c'est le bordel (et il a raison).

Pour ma part, j'ai eu du mal à y aller au début pour une toute autre raison. Je ne me sentais pas à ma place. Dans le sens que c'est un magasin très discount et je me disais au fond de moi qu'il y avait des personnes plus appropriées que moi pour y aller et profiter des bonnes affaires. Puis, après réflexion, je me suis dit que j'étais bien bête de penser ainsi. Le magasin n'est pas ouvert qu'aux démunis, je ne travaille pas et ne touche pas le RSA. Et quand bien même... Alors à partir de ce jour, je m'y rends avec plaisir car je sais que je vais trouver des petites choses sympa et que le billet bleu (et un peu plus, hem hem) sera utile au passage en caisse.

Noz, j'y vais principalement pour des livres. 18€ l'unité en temps normal. Chez Noz, ce sera 2€ maximum. Et ce n'est franchement pas négligeable, moi qui adore lire. A côté de ça, je trouve parfois des soins beauté : dentifrice colgate (1€), huile élixir du Petit Marseillais (2€ pièce, trois fois moins cher qu'en grande surface (j'en ai pris 6 d'un coup) (je n'ai jamais gardé les pointes douces aussi longtemps)), savon Palmolive (1.90€), déo Adidas (1.60€) etc... Sérieux, je serais bien bête de ne pas en profiter, non ?!

Je peux également vous parler des vernis qui coûtent 1€. J'en ai acheté une quinzaine d'un coup il y a deux ans et franchement, ça ne vient peut-être pas de chez Essie & Cie mais ils ont une belle tenue et sont facile à appliquer. La couleur est là. La marque, j'm'en fiche un peu...

Idem concernant les bijoux. J'ai trouvé une chouette paire de boucle d'oreilles pour 1€50 ! Je les adore ! Ça change des créoles que je mets sans cesse. Elles sont jolies et aucun défaut. Je regrette de ne pas avoir fouillé plus à la découverte d'autres trésors.

Il y a aussi le gros pot de vernis V33 pour notre cabane que l'on a déniché pour 19€ (au lieu de 35€) et on a acheté différents styles de boules de Noël (pas loin d'une centaine) pour seulement 12€.

Et puis, et puis... Y a souvent des chocolats Milka, du bon nougat, des Daim's, du cappuccino Nestlé (tout ça, c'est la seconde raison inavouable qui me fait aller chez Noz (Monsieur n'est pas dupe)).

Alors oui, ce magasin, c'est le gros foutoir, y a souvent beaucoup de conneries mais question bonnes affaires, y a pas à dire, c'est le top ! J'ai dû acheter 10/12 livres en 2014 et je n'ai même pas atteint les 20€. Qui dit mieux ?

Je rappelle que Noz revend suite à du sinistre, de la faillite, de l'incendie ou à date courte. Donc 80% des produits proposés sont les mêmes que dans les grandes surfaces.

Donc si comme moi vous êtes à la recherche de bonnes affaires, du genre pas les moyens de claquer autant dans un livre alors que vous adorez lire, rendez-vous ici pour connaître le Noz le plus proche de chez vous (la newsletter vous tenant informé des arrivages).

Article non sponsorisé

Libellés :


COMMENTAIRES : (0) REPONSE(S)



«