<body>
BIENVENUE
Ingrid. 32 ans. Amoureuse des chats (surtout les siens). Et des chiens (surtout le sien). Et de son homme (le meilleur). Passionnée de jardin depuis 2 ans. Accro à Instagram. Ne connaît pas du tout Twitter. Ne collectionne rien. Hormis les sourires. Et elle parle à la 3ème personne. Faut croire que ça fait "plus mieux". Bref, une fille anormalement normale...
sign

menu

ARCHIVE



COPYRIGHT
  • Contenu : Mémorables Oublis
  • Images : Auteurs respectifs
  • Codage HTML : Dorkistic & Mémorables Oublis

  • Header : Mémorables Oublis
  • Thème : L'amoureuse - Carla Bruni
  • Version : n°15
  • Administration : Privé










Se plaindre tout le temps
Bon, je ne vous l'apprends pas. Personne n'est parfait et le bonheur total n'existe pas.

Je suis heureuse avec Fred. Mais pas avec moi. J'ai de jolies valeurs (je pense) mais aussi quelques défauts.

Il m'arrive donc parfois de me plaindre. Comme tout le monde, non ? Lorsque je me réveille avec une météo pluvieuse, que je n'arrive pas à maigrir, qu'il n'y a rien à la télé etc... Mais je n'en fais pas profiter tout le monde. Je me plains surtout de l'intérieur à vrai dire.

Or, ce n'est pas le cas pour tout le monde. Et qu'est-ce que ça peut m'irriter les gens qui se plaignent continuellement et pour des conneries qui plus est !

Les gens qui se plaignent de ne pas pouvoir étendre leur linge parce qu'il pleut. Mais bizarrement, en hiver, ils s'en accommodent très bien. Ce n'est pas en nous saoulant de complaintes que l'été va débarquer en 2min ! Et puis y a ceux qui se plaignent d'être gros mais qui ne font absolument rien pour changer. Tu sais, ceux qui se plaignent de leurs bourrelets tout en continuant à se goinfrer de pâtisseries (véridique !). T'as aussi ceux qui se plaignent de la voiture qui n'avance pas, du vernis écaillé sur l'index gauche, du pain trop cuit, des personnes du même sexe qui s'aiment, de la lunette de WC pas baissée, de l'accident provoqué car ils ont bu, tout comme ceux qui gueulent après les flics qui n'ont pas le droit de faire leur travail car certains se donnent le droit d'appliquer leur propre code de la route, de l'attente à la station essence, de la robe indisponible sur le net, de la paire de chaussures qui n'est pas à notre taille, des caisses fermées au supermarché, du métro qu'on vient de rater, de la trace d'eau que le verre laisse sur la table, de ceux qui râlent de ne pas avoir un rond mais qui te pondent une équipe de foot etc... (Oui, j'arrête là sinon je risque de battre le record de l'article le plus long de l'histoire de la blogosphère, voire d'Internet).

Et puis, tu as ceux qui se plaignent car leur séance de chimio est fatigante, ceux qui rament financièrement malgré leurs efforts pour s'en sortir, les personnes en fauteuil roulant qui se sentent abandonnés par manque d'infrastructures, les aller/retour à l'hôpital pour être auprès de son enfant malade, celles qui se voient charcuter leur part de féminité à cause de ce putain de cancer du sein, ceux qui perdent un voire plusieurs proches dans un accident, de ces couples qui luttent pour devenir parents mais que la nature les en empêche etc...

Donc les grincheux à deux balles, avant de râler, mettez-vous à la place de ceux qui ont vraiment de quoi se plaindre mais qui ont l'intelligence ou plutôt, la force de ne pas le faire subir aux autres et surtout, qui malgré les merdes qui traversent leur vie, ne les empêchent pas de vivre. Et avec le sourire...

Libellés :

COMMENTAIRES : (1) REPONSE(S)



[129] Brèves automnales
Je dois bien vous avouer que mon retour sur la toile est un peu forcé. L'envie peine à être au rendez-vous mais si je continue, je risque de me plaire à cette absence et ça serait une catastrophe. Pour la blogo ainsi qu'aux 3 personnes dont les mails sont sans réponse depuis un mois.

Bon, je vais bien hein. La dépression est passée à côté. Des petits coups de blues mais surtout de fortes difficultés à m'en(dormir). Là, ça commence seulement à aller mieux. Même si Hayday me tient éveillée assez tard (pour ne pas dire jusqu'à 02h). Merci Elodie ^^" Non mais sérieusement, ce jeu est vraiment prenant. Ça me rappelle une dizaine d'années où je jouais à Caesar (je n'ai jamais joué aux Sims mais c'est le même principe je crois bien). Le jeu est simple et les animations sont très bien faites. Je kiffe les moutons ^^ Et si je m'endors si tard, c'est parce que j'essaye de remplir mon bateau (et là, celui ou celle qui n'a pas le jeu, se retrouve largué(e)).

Bon, à part ça, je vis donc officiellement chez les parents de Fred. Ca me fait très bizarre de recevoir mon courrier ici. Ca me fait rappeler à chaque fois que mon ancienne vie est définitivement rayée.

Concernant Fred, il est encore plus incroyable que je ne le pensais. Il est génial pour me faire changer les idées. Il sent lorsque j'ai tendance à déprimer donc hop ! Sortie ! Bon, rien de génial. Nous ne sommes pas partis en vacances ni en week-end. Mais les petites choses simples... Vous savez ce que c'est !

Je me suis pas mal investie dans le jardin. On a acheté des arbustes vivaces (et mellifères, of course !) qui étaient à moitié prix. Et surtout, on a réservé MON TANT CONVOITÉ tilleul ! Hiiiii ! Bon ok, ce n'est qu'un arbre mais putain, qu'est-ce qu'il sent super bon (ouais, je sais, une semaine dans l'année, remue pas l'couteau hein). Bref, je vous en ferai un article sur le pépiniériste chez qui nous sommes allés. Nous avons été agréablement surpris...

Mis à part ça, j'ai hâte de recevoir mon iPhone. Encore une dizaine de jours à attendre. L'actuel, c'est simple : je ne le supporte plus. Il bugue sans arrêt, j'ai le temps de me faire un café pendant que l'appareil photo s'affiche. Et la batterie se décharge en un rien de temps (depuis Hayday, c'est pire, t'imagines bien). Et oui, j'ai désactivé le plus de choses possibles mais faut croire que c'est vraiment ses derniers instants...

Malgré les tuiles qui me sont tombées dessus, je me suis interdis de me laisser aller. J'ai donc continué le sport. J'ai privilégié le footing tant que la météo me le permettait. Depuis ma reprise du 18 août, j'ai perdu 3kg. Et y a qu'à voir les cochonneries que l'Inter et le Leclerc ont proposé ces derniers temps, on peut pas dire que la restriction soit là.

Miss Pic, je doute qu'elle choisisse sa cabane pour passer l'hiver. En effet, une souris a découvert les croquettes et a élu domicile depuis 2/3 semaines. Tant pis... J'avoue qu'elle me manque parfois. Sa petite bouille surtout. J'aimerais surtout la revoir pour lui mettre de l'anti-puces et voir si elle n'a pas de vers sur elle... C'est ce dernier point qui m'inquiète un peu, surtout lorsque je connais la fin...

J'avais envisagé de changer le design du blog mais je crois bien que vous allez devoir vous coltiner Carla Bruni et le rose/jaune pendant un petit moment encore. Je n'ai ni l'envie et surtout, ni l'inspiration... Je vais tâcher tout de même de retrouver un rythme blogosphérique. J'vais quand même pas vous laisser en plan !

Des bises !


Libellés :

COMMENTAIRES : (2) REPONSE(S)



Te souviens-tu ?
Te souviens-tu de la chanson que tu me fredonnais au réveil avant de m'emmener à l'école ?
Te souviens-tu de mes quelques leçons de conduite sur ton tracteur, assise sur tes genoux ?
Te souviens-tu des innombrables fois où tu me demandais de lever mon coude à table ?
Te souviens-tu de ma période pleurnicheuse aussitôt que tu me disais quelque chose qui n'allait pas dans mon sens ?
Te souviens-tu de nos mardi soirs à la piscine ? Après m'avoir appris à nager les dimanche matin ?
Te souviens-tu de nos rares sorties VTT ? Et de ta fierté lorsque j'ai fait un très bon score à ma seule et unique course ?
Te souviens-tu des ronds que je faisais sur les "i" dont tu n'as jamais compris l'intérêt ? Et de cette façon que j'avais de tourner ma feuille ou mon cahier vers la gauche pour écrire ?
Te souviens-tu de nos fous rires à table provoqués par ton fils ? Et les fois où t'as failli vomir de rire ?
Te souviens-tu de cette couverture et de ce rideau que tu massacrais en les frottant entre tes doigts lorsque tu regardais la télé ?
Te souviens-tu de l'élection de Miss France que l'on s'amusait à noter sur nos petits papiers ?
Te souviens-tu de ton chanteur préféré ? L'interprète, entre autre, des Lacs du Connemara.
Te souviens-tu également du plaisir que tu prenais à regarder les films drôles de l'époque, que tu as su me faire partager ? Les Gendarmes, les Charlots, la Grande Vadrouille etc...
Te souviens-tu de mes cris baignés de larmes lorsque tu refusais que je récupère Bout'chou ? Et qu'il est vite devenu ton meilleur ami ?
Te souviens-tu qu'aujourd'hui, c'est ta fête ?

Non bien sûr que tu ne te souviens plus... Mais je suis là.

Et tu me manques...


Libellés :

COMMENTAIRES : (2) REPONSE(S)



«