<body>
BIENVENUE
Ingrid. 32 ans. Amoureuse des chats (surtout les siens). Et des chiens (surtout le sien). Et de son homme (le meilleur). Passionnée de jardin depuis 2 ans. Accro à Instagram. Ne connaît pas du tout Twitter. Ne collectionne rien. Hormis les sourires. Et elle parle à la 3ème personne. Faut croire que ça fait "plus mieux". Bref, une fille anormalement normale...
sign

menu

ARCHIVE



COPYRIGHT
  • Contenu : Mémorables Oublis
  • Images : Auteurs respectifs
  • Codage HTML : Dorkistic & Mémorables Oublis

  • Header : Mémorables Oublis
  • Thème : L'amoureuse - Carla Bruni
  • Version : n°15
  • Administration : Privé










Un regret d'amitié


Se lier d'amitié avec quelqu'un. Une chose tellement simple et normale. Mais je n'y arrive pas. Je n'ose pas à vrai dire. La peur de me tromper, de me ramasser, qu'on rigole de moi, que je m'y prenne avec une maladresse qui me fasse perdre toute chance de réussir. Cette personne, je ne connais que son prénom. Un homme, d'environ mon âge. Je le soupçonne d'être plus jeune que moi de 2 ans. Nous avons eu l'occasion la semaine dernière de parler. Il est sympathique pour ce que je sais plus ou moins de lui. Il est souriant. Il me fait rire. Même qu'il sourit parfois de ce qu'il dit. On a parlé comme si on se connaissait depuis un bout d'temps. Comme si nous étions à une terrasse, autour d'un verre... Pour les besoins de son travail, il est venu s'installer près de chez moi. Il n'a pas d'amis ni de famille. Il a des soirées et des week-ends de garde où il s'ennuie. C'est pour cette raison que dans un mois, il partira vivre à Poitiers, là où il a demandé sa mutation. On ne se connait pas. Il ne sait même pas mon prénom mais ça m'a fait un tout petit pincement au coeur qu'il s'en aille. Pas de la peine mais du regret. Ce regret de ne pas avoir tenté de me lier d'amitié avec lui. Je me dis qu'on aurait pu se voir lorsqu'il était de garde. Lui faire visiter la région. Car comme lui, les amis sont loin. Ça aurait été une occasion pour tous les deux de ne pas se retrouver seuls. Mais je n'ai jamais osé en 6 mois. Et dans 3 semaines, je ne ferai rien pour changer les choses. J'ai les occasions. Je sais que si j'appelais de suite sur son lieu de travail, je tomberai sur lui. Mais je ne le ferai pas. Timide, aucune confiance en moi. Mais pourquoi être si défaitiste ? Je ne fais rien de mal. Mes intentions ne sont pas déplacées. Ça se peut, on se seraient bien entendus. Mais ça restera une supposition. Et je regrette déjà...

Libellés :

COMMENTAIRES : (7) REPONSE(S)



Happy B-Day !
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon frère. Il fête ses 22 ans. Depuis le début du mois, il taquine Maman au sujet du cadeau. Il lui parlait souvent d'une boîte noire avec écrit PS3 dessus. Vous l'aurez compris : il fait référence à la célèbre console de jeux...

Mardi, lors des courses hebdomadaires, je lui ai acheté une boîte de ramen. Des nouilles qu'il voit souvent dans la série dont il est fan : Naruto. Emballage noir, je trouvais ça comique. Mais ça ne suffisait pas pour vraiment l'embêter...

Ce matin, je me suis amusée (en 10 minutes chrono afin qu'il ne vienne pas dans ma chambre) à reproduire une lettre où l'on ferait référence aux fameuses boîtes noires d'un avion. Je pensais franchement faire un flop. C'était trop gros pour être vrai. Au final, il est tombé dans le panneau. On a bien rigolé tous les 4. Seul hic, je ne m'étais pas relue. J'ai donc fait quelques fautes. Contacter des personnes à 200km du pseudo-crash, ce n'est pas crédible. Sans oublier l'enveloppe affranchie que l'on a trouvé venant de Nancy alors que la lettre est rédigée à Paris. Mais ça a marché ! Il y a cru. C'est juste que j'ai rigolé trop tôt...

Voici la lettre en question (cliquez pour la voir dans sa taille originale)


Je suis peu fière de ma connerie. Bon anniversaire Frangin ! Et ce soir, ramen au menu (même s'il y a de fortes chances que ça finisse dans mon assiette, Monsieur je n'aime pas les champignons). Et te venge pas trop fort steplé.

Libellés : ,

COMMENTAIRES : (3) REPONSE(S)



La vie, un don à partager


Il y a quelques jours, après des échanges e-mail avec le cher Gaby, nous avons eu l'idée de faire un article sur le sujet que nous traitions : le don d'organes. Pourquoi en étions venus à parler de ça, me direz-vous. Je lui avais fait part dans un commentaire sur l'un de ses articles, qu'une prise de sang m'attendait alors qu'il venait d'avouer à la blogosphère entière, qu'il était hématophobe (peur du sang, du sien surtout). Forcément, on a parlé du don du sang. Lui, aurait aimé le donner mais ne peut pas à cause de la raison que je viens de citer. Moi, je suis une chochotte de première qui a peur d'avoir mal, de tourner etc... Mais, étant des personnes généreuses, nous faisons partie de celles qui sont inscrites sur la liste nationale des donneurs d'organes. Voilà, en plus de ma famille que je bassine depuis des années pour qu'elle n'oublie pas mes dernières volontés, ma carte de donneur précieusement rangée dans mon porte-feuille, je mets maintenant la blogosphère au courant.

Je n'ai pas attendu que Grégory Lemarchal et Laurette Fugain nous quittent pour faire ma demande. Je pense que j'ai eu l'envie de donner mes organes lorsque j'ai eu l'âge de comprendre qu'on pouvait le faire. C'était limite une évidence. Cet acte ne m'a jamais posé de problème. Il n'a jamais été un tabou dans ma famille. Si pour certains c'est un sujet très difficile à mettre sur le tapis, pour moi, c'est avec le plus grand naturel et d'une simplicité hors-pair que j'ai mis au courant mes proches. Et merci, personne n'a été contre mon choix. Et lorsque la Croix Rouge m'interpelle dans la rue pour me parler du don du sang, je réponds que je ne le donne pas MAIS j'attends ma mort pour faire un acte personnel, généreux, qui sauvera une, voire je l'espère,  plusieurs vies...

Je ne dis pas que tout le monde devrait faire pareil (ça serait chouette). On est libre de notre corps et on doit respecter la décision de chacun. Mais étant un sujet tabou, beaucoup se posent des questions, comment s'y prendre, les risques, les droits etc...  Alors aujourd'hui, je vais tenter de vous expliquer au mieux ce qu'est le don d'organes. Cela vous encouragera peut-être à vous poser des questions sur l'avenir de votre corps, chose à laquelle vous n'avez jamais pensé et qui sait ? Oser en parler autour de vous et sauter le pas en vous inscrivant sur la liste des donneurs d'organes.

Il y a un site à ce sujet mais je vais vous la faire simple et court avant tout :

- Vous devez informer vos proches que vous êtes pour le don d'organes. Les amis et les collègues ne suffisent pas. Une carte de donneur serait un plus afin de confirmer votre choix après votre mort.
- Le don d'organes est mis en place à partir du moment où le corps est en état de mort cérébrale. Comprendre par-là qu'il n'y a plus aucun espoir à ce que le patient soit sauvé.
- Il est impossible de choisir son donneur/receveur. Cet acte est totalement anonyme. La seule information que l'on pourra fournir, c'est à la famille du défunt, si l'opération sur le receveur s'est bien passée.
- Vous n'êtes pas obligé d'attendre votre majorité pour faire part de votre souhait. Il faudra seulement la confirmation des parents. Ce qui montre à quel point la communication sur ce sujet est importante.
- Vous pouvez donner tous vos organes ou une partie. Là encore, informez vos proches.
- Au cours de votre vie, vous pouvez donner : de la moelle osseuse, un rein, de la peau, des fragments osseux, lobe hépatique ou pulmonaire, du sang, du plasma, des plaquettes.
- A votre mort seront prélevés : Le coeur, le foie, les reins, les poumons, le pancréas, des os et du cartilage, la cornée (pas l'oeil), de la peau et les intestins.
-  Ne pas confondre don d'organes et don du corps à la science. Le corps lors de la donation d'organes est redonné à la famille dans son état physique normal. Le corps légué à la science (faculté de médecin entre autre) servira pour des recherches (je ne vous fais pas de dessin).
- Le don d'organes est gratuit et ne peut faire en aucun cas l'objet d'une vente. C'est bien pour ça que l'on parle de don. La sécurité sociale prend en charge tous les frais après la mort du défunt. Par contre, les frais obsèques ne changent pas.
- Seules les religions hindouistes et shintoïstes s'opposent au don d'organes.

Des sites sont plus aptes à répondre à vos questions. Voici différents liens tout aussi importants :

France ADOT (site très complet à ce sujet)


Découvrez notre exposition virtuelle

Et si vraiment vous ne souhaitez pas faire don de vos organes, sachez que vous pouvez le faire savoir en vous inscrivant sur le registre national des refus ici, en plus d'informer vos proches.

J'espère que cet article servira à quelques-uns d'entre vous...

Et bon anniversaire à mon mioche de frère avec ses 22 printemps, à qui je donnerai de mon vivant si ça devait arriver et si nous étions compatibles (même si c'est un chieur pas possible avec sa soeur chérie adorée).

[EDIT] : En cherchant le lien pour imprimer votre carte de donneurs, j'ai remarqué qu'on pouvait la recevoir par voie postale. La mienne étant imprimée sur du papier normal, je les ai contacté (il suffit de répondre au mail que l'on reçoit où il y a le fichier pdf de la carte à imprimer) et j'ai reçu semaine dernière ma carte cartonnée.

Libellés :

COMMENTAIRES : (4) REPONSE(S)



[11] Fanflickr spécial

Pas de découverte aujourd'hui puisque j'ai décidé de vous proposer une planche spéciale. J'ai regroupé en 36 photos, ce que j'aime. Attention, je n'ai pas fait une recherche par tag et prendre la première photo au pif. Non non. A chaque tag, j'ai quand même choisi de jolies photos. Je vous laisse admirer et/ou découvrir le résultat. 

Dormir // Lait de soja // Rouleau de printemps // Tél. londonien // Tournesol // Bougies
Labello // Eté // Internet // Jennifer Aniston // Noir & Blanc // Marcher
Méduse // Chocolat chaud // iTouch // Bottes // Grey's anatomy // Peluche
Le mâle // Ma famille // Chocolat blanc // Cinéma // Terre-neuve // Lire
Facebook // Amis // Nokia // Photo // Gad Elmaleh // Pastèque
Mojito // Musique // Paris // Cappuccino // Chats // Rire

Libellés :

COMMENTAIRES : (6) REPONSE(S)



Dans les moindres recoins

Le rituel a débuté. Comme chaque année. Lorsque les températures commencent à grimper. Cela dure des mois. Plusieurs fois par jour. C'est plus fréquent en fin de journée. A la tombée de la nuit. Ce n'est pas une partie de plaisir. C'est assez pesant à vrai dire. Certains trouvent ça amusant. Mais pas moi. Je m'en passerais volontiers. Si je pouvais. Mais voilà, je ne peux pas. Je n'ai pas le choix. Enfin si. Mais c'est totalement au dessus de mes moyens. Je prends sur moi. Je dois vivre avec. Mais ce n'est pas facile. Ça me ronge de l'intérieur. Ça me pourrit parfois. Mais la vie a voulu que ça soit fait ainsi. Je m'y suis habituée. Autant je me réjouis des beaux jours, autant je les appréhende. Pour ce rituel annuel, quotidien. Je ne peux m'empêcher de vérifier dans chaque recoin d'une pièce, avant d'y entrer. Et à chaque fois, je retiens mon souffle. Le cœur qui bat. Cette peur incontrôlable d'y trouver une araignée.

Si je connaissais le con qui a inventé les phobies hein... Chaque année je me dis que je vais consulter un hypnotiseur. Il parait que ça fonctionne. On ne me fera pas copiner avec ces bestioles mais j'accepterai leur présence. Ça peut faire sourire d'en arriver à ce point-là. Sincèrement, je ne l'assume pas. Ce corps paralysé, ce cri lorsqu'il veut bien sortir, ces tremblements incontrolables et cette peur qui me poursuit durant les mois de chaleur. Quant aux pièces que je vérifie, ce sont surtout celles d'eau. Principalement la nuit, lorsqu'on a rouvert la fenêtre après mon passage. Pour la chambre, pas de rituel. Le passé m'a prouvée qu'elles débarquaient de partout sans prévenir... Ça me fait sourire lorsque j'entends quelqu'un dire avoir peur des serpents. Moi aussi je ne suis pas rassurée lorsque je croise un simple orvet mais il y a une différence entre le vivre et l'imaginer. Par contre, voir des araignées dans un bocal, ça ne me fait absolument pas peur. Car j'ai conscience qu'il y a une vitre. Et je trouve les mygales très belles. Mais les araignées noires/brunes velues aux grandes pattes, rhaaaa, qu'on me les extermine beurdel ! Rien que pour ça, je tire un trait sur tous les pays à risque (genre l'Australie. Tu penseras à moi Caro).

Et je ne vous raconte même pas dans quel état je suis depuis que ma bombe Baygon (ma sauveuse en attendant d'avoir mieux) est vide. Heureusement aujourd'hui, je vais en courses ♥

Libellés :

COMMENTAIRES : (8) REPONSE(S)



L'émerveillement

Cela fait un bon moment que je ne vous avais pas parlé de Papa. En même temps, il n'y a pas grand chose à dire de ces dernières semaines. Il va bien. Mieux. Le moral est là. Il s'emporte moins. Du coup, il est peu agressif et plus jovial. Ca fait franchement du bien dans la maison.

Mercredi dernier, il m'a proposée d'aller me balader avec lui. Cela fait plusieurs mois qu'il me parle d'un endroit où il y a plein de gros chiens "comme Bout'chou". Mais j'attendais qu'il fasse beau et chaud pour y aller. C'était l'occasion de vérifier sa conduite. Il est toujours seul en voiture. Lorsque Maman l'accompagne, forcément, c'est elle qui conduit mais moi, n'ayant pas le permis, il n'avait pas d'autres choix que de prendre le volant. Et je suis rassurée : il roule encore très bien. Il respecte le code la route (feux, vitesse, stop etc...). Il reste concentré sur sa route, je n'ai eu aucune crainte tout au long du trajet. Et c'est réconfortant de savoir ça car il a encore un bon bout de temps pour pouvoir s'évader. Dans sa solitude, la nature qu'il aime tant, en compagnie d'un chien qui lui apporte tellement...

Nous avons trouvé l'endroit. Les chiens étaient une douzaine. Ils ont aboyé à notre présence. C'est un endroit privé. Nous n'avons donc pas pu rentrer. Mais à les voir, ils étaient bien entretenus, beau pelage. Je regrette juste les gamelles vides, surtout celles d'eau par ce temps chaud... Au retour, nous nous sommes arrêtés au col du Haut-Jacques pour faire une petite balade en forêt. Ce fut un chouette coin à visiter. Je déplore les dizaines d'arbres abandonnés, les stères de bois également. Quel gâchis. Je n'ai pas pu faire de jolies photos. J'ai pris l'option "Facilité", c'est-à-dire le réglage automatique. Papa aime bien marcher sans devoir s'arrêter tous les 100 mètres. Tant pis.

Nous sommes rentrés à 18h. Et je crois bien que je lui ai fait un super cadeau en l'accompagnant. Il était fin heureux. Un vrai moulin à paroles, lui qui ne parle jamais. Un sourire jusqu'aux oreilles, lui qui ne laisse jamais rien transparaitre. La seule chose un peu "lourde" à supporter, c'est qu'il s'émerveille pour un rien. Il est curieux pour pas un rond. Mais je fais avec. Le prendre comme il est. Chaque jour, je dois me rappeler que c'est la maladie. Aucun jour ne se ressemble. Chaque matin, on ne sait pas comment il se comportera la journée. On se couche en espérant qu'il ira bien le lendemain etc... C'est un combat intérieur quotidien. Et chaque instant que je passe avec lui, lorsqu'il est dans ses bonnes phases, c'est un souvenir heureux que je garderai. Comme ce sourire lorsqu'il jouait à cache-cache avec Bout'chou et que j'ai pu voler à son insu.


Malheureusement depuis samedi, il fait la gueule car j'ai eu le malheur de fermer le portail afin que Bout'chou puisse passer l'après-midi en liberté, autour de la maison, par ce magnifique temps.

Libellés :

COMMENTAIRES : (5) REPONSE(S)



[18] La suite des brèves du samedi
Après avoir romancé, sans exagération, mon compte-rendu de ma journée d'hier (ici), je vous raconte le MAIS. Oui parce qu'une journée parfaite, ça n'existe pas... Hier matin au réveil, j'ai senti Berlioz bizarre. J'ai cette fâcheuse manie de toujours m'inquiéter, tôt et/ou trop (disons que depuis que la vieille peau d'en face a menacé l'année dernière de les empoisonner, je suis assez méfiante). Mais quoiqu'il en soit, ça s'est toujours avéré exact. Je reviens de chez le véto (Guillaume est toujours à croquer *miam*) et il a une angine (Berlioz hein) et des soucis de vessie. S'il n'urine pas ce week-end, on soupçonnera les calculs rénaux. Ô joie...

Merci pour vos quelques suggestions sur les excuses loufoques que mon ex a bien pu trouver pour ne pas venir hier soir. Car oui, Monsieur a annulé sa venue. Oui oui sans déconner. Si j'avais dû voter, j'aurai choisi sans hésitation la proposition de Thib' (a jeun, tu es fort inspiré dis donc :p). Mais vous allez être déçus. La seule excuse qu'il ait trouvé sur sa non venue est qu'il ne peut pas. Il n'a même pas cherché à me pondre une histoire hallucinante pour expliquer son absence. Louche... Bon, il me donne RDV le 11 juin prochain. Et là, ça m'énerve. Car même si je n'attends plus mes affaires, je suis encore à sa disposition. Si je l'envoie balader, je peux perdre cette ultime chance de les récupérer. Alors je me plie à ses exigences. Oui, je serai dispo le 11 juin en milieu d'après-midi. Par contre, je ferai en sorte que mon père aille promener le chien. Je ne lui donnerai pas ce plaisir de voir mes bêtes dont il ne s'est jamais occupé, pire lorsque je n'étais plus en Belgique durant 3 mois, le temps qu'il me les ramène...

Je compte sur le beau temps pour perdre les kilos de conneries que j'ai avalé depuis le début de l'année. Je fais n'importe quoi. Ca m'énerve, ça me déprime. Faut que j'assume et que j'y remédie car là, ça ne va plus du tout. Et je sais que mon moral fonctionne suivant la météo et les aiguilles sur la balance. Mais en attendant, faut que je savoure le petit cadeau de ma p'tite Poulpe (ici).

Orange Mobile ne me remboursera pas un centime des dommages que j'ai eu à l'automne dernier. Faut voir ça avec Orange Internet qui m'avaient déjà renvoyé à Orange Mobile. Déjà 4 courriers en recommandé de perdus. Le seul geste commercial qu'ils veulent peuvent me faire c'est m'offrir 20min de communication gratuite et 20 sms... C'est beaucoup dites donc sur 4 mois... Ou alors, y a l'option -20% sur ma facture pendant les 3 premiers mois mais je dois me réengager 2 ans. En gros, ils font le bordel mais je dois encore y mettre du mien. C'est la meilleure...

Voici pour les nouvelles de la semaine. Je vous donne rendez-vous lundi !

Libellés :

COMMENTAIRES : (8) REPONSE(S)



[18] La brève spéciale du samedi

Elle est venue. On a ri. On s'est baladées. On a profité. Puis elle est partie. Le départ, signe d'un au revoir, sur le quai d'une gare où j'ai réussi à contenir mes larmes. Elle est partie mais on se reverra. Quand ? On ne sait pas. Le fait est que je garde en mémoire cette journée passée avec elle et Maman. Ça m'a fait un bien fou de la revoir. C'était programmé à la dernière minute. J'avais hâte d'y être. On est souvent pendues au téléphone et malgré tout ça, elle me manquait. Alors elle est venue, avec beaucoup de soleil et de sourire. Elle est venue. Une journée car elle ne pouvait pas plus. Mais elle était là. 10h35 au quai de la gare de Nancy. Pour y être à nouveau 8h plus tard. J'ai profité. De sa présence et ses conneries (faut l'dire). La date de sa venue est un hasard. Mais elle tombait bien. Cette journée est en quelque sorte mon cadeau d'anniversaire. Bien plus beau qu'un cadeau matériel (un livre, un CD etc...). Bien plus beau qu'une pensée (sms, carte etc...). Elle m'a offert une présence. Sa présence. Ce n'est pas pour rien qu'elle est mon exception.

Je sais que tu me lis alors encore merci et ça confirme à chaque fois que je t'adore !

PS : Les autres brèves arriveront dans la journée ou bien demain, exceptionnellement.

Libellés :

COMMENTAIRES : (3) REPONSE(S)



Mon exception

Si je m'écoutais, mes articles ne tourneraient qu'autour d'elle. Elle est une inspiration sans fin. Mon exception, comme j'aime l'appeler. Celle qui a rendu mon 2009 un peu joli. Je l'adore. Je la mets sur le piédestal de mon cœur. Bien sûr, j'ai déjà connu de jolies amitiés mais elle, ce n'est pas pareil. Et je me dis que si je ne trouve pas d'explications, c'est que je vois juste. C'est la première fois en 28 ans que je fais entièrement confiance à quelqu'un. Pas une seule fois je n'ai douté d'elle. Moi qui m'attends toujours au pire, je n'imagine pas le mot "Fin" à notre histoire. Je savoure les moments qui me sont donnés, ceux qu'elle m'offre chaque jour. Et si ça ne va pas, il suffit que je remonte dans le passé pour aller mieux car avec elle, aucun souvenir me blesse. Je me sens appréciée. Je pensais être une bonne copine, celle avec qui on rigole, que l'on a plaisir à voir quand elle vient à Paris. Mais je me suis trompée. Il a fallu un soir où j'allais très mal pour prendre conscience qu'elle tenait aussi à moi, bien plus que je ne l'imaginais. L'amie, la confidente, celle que l'on fera passer avant certains lors de sa venue parisienne. J'en ai pleuré. Moi qui ait tellement donné et peu reçu, je trouve enfin une personne qui accorde autant d'importance à l'amitié que moi. Et si je passe mon temps à ne parler que d'elle, c'est parce je suis heureuse que la vie l'ait mise sur ma route, même si pour ça, il aura fallu attendre presque 27 ans.

PS : A l'origine, cet article était rédigé pour deux personnes, que j'avais titré "Mes sourires".
PS : A l'heure où vous me lisez, elle passe la journée chez moi.
PS : Quant à savoir pourquoi je la surnomme "mon exception", c'est parce que j'ai toujours eu du mal avec les amitiés entre filles. Cette rivalité me fait peur. Mais avec elle, il y en a aucune. Je la surnomme également "ma pression". Car sur les 4 amitiés que j'ai vécu l'année dernière, elle est la dernière des 4 à être toujours dans ma vie...

Libellés :

COMMENTAIRES : (6) REPONSE(S)



Tes amis Facebook sont complètement cons
Facebook est un merveilleux outil. Si vous y avez de nombreux amis, le fil d’actualités regorge en permanence de statuts, photos, vidéos, liens et activités diverses et variées. Cette mine d’informations aussi inutile qu’addictive cache en fait de véritables révélations sur vos connaissances, et ce n’est malheureusement pas toujours très beau à voir. Jamais, en fait. Mais alors, pourquoi et surtout comment Facebook vous prouve-t-il que vos amis sont des débiles ? Car oui, à moins de ne côtoyer que l’élite, vous en avez forcément une bonne grosse majorité, de débiles. Le tout, c’est de les repérer, pour ensuite les insulter. Voici donc une liste non exhaustive des différentes activités qui les révèlent au grand jour… Les noms qui apparaissent sur les copies d’écran ont bien sûr été changés, tout le restant est véridique. Il y a donc :
  • Le connard qui rejoint systématiquement tous les groupes auxquels on l’invite. C’est celui qui te fait bien chier parce qu’il est aussi futé qu’un concombre, et que peu importe l’intitulé du groupe ou le sérieux de celui-ci, il veut montrer qu’il se sent concerné par tous les maux du monde.




  • Celui qui te marque dans des photos et images à la con.Parce que c’est super drôle de taguer un pote sur “Rakonte moi kel bon souveniir on a ensemble lol” (écrit en Comic Sans avec le splendide magenta par défaut de Paint), pour qu’il reçoive ensuite 80 notifications en une heure à cause des commentaires et que ses amis voient dans leur fil d’actualités qu’il a été marqué sur de la merde.



  • L’égocentrique qui raconte sa vie de merde dans ses statuts et les “aime” systématiquement. Lui, c’est tout à fait le genre à n’avoir aucune réelle vie sociale mais à se l’inventer sur Facebook, ou du moins, à essayer. Ainsi, on découvrira qu’il est super heureux de ne pas réussir à dormir à 23h47 : “jariv pa a dormir mdrr ;)”, et qu’en plus ce con, il aime ça ! On a aussi souvent droit à une phrase merdique trouvée sur un Skyblog.



  • Celui qui croit que Facebook, c’est 4chan. Mais si vous savez, c’est ce fameux ami plutôt beauf qui met toujours des photos de lui bourré ou fumant un joint, et qui rejoint des groupes prônant l’alcoolisme ou la pédophilie. Bon évidemment, il a oublié qu’il avait aussi sa mère dans ses amis.



  • Le newbie qui tombe dans le panneau de tous les scams.Qui n’a jamais eu affaire à une invitation pour ce fameux groupe ou l’un des membres gagnera peut-être une villa d’une valeur de 500 000 € ? Ou bien encore cette fameuse application pour voir qui consulte votre profil et vos photos ?



  • Le communiste qui est forcément contre le nouveau design de Facebook. C’est le genre de personne qui n’a aucun sens du design, qui ne sait même pas ce qui a réellement changé depuis sa dernière connexion, mais qui, par pur esprit de contradiction, est contre ce changement. Alors oui, Facebook a la fâcheuse habitude de troubler les habitudes des internautes avec ses mises à jour. Mais à moins d’être toujours en CAP coiffure à 30 ans, on s’y fait quand même relativement vite.



  • Seluii ki ekrit kom sa. Entre le célèbre “comme même” et le “sa va?”, c’est de loin l’ami le plus insupportable. Ce n’est pas que l’orthographe soit un signe d’intelligence (enfin, si), c’est surtout que c’est illisible et que les effets de style post-Skyblog sont juste emmerdants.




  • Le hardcore gamer et fan d’applications. Que ce soient des quizz sur son intimité sexuelle, des jeux qui envoient à tous ses amis au moins 42 invitations par jour et qui polluent le fil d’actualités, ou encore l’application qui lui fait découvrir sa photo quotidienne, ce débile installe tout ce qui ressemble de près ou de loin à une potentielle source de spam. Bien évidemment, il ne se gênera pas pour vous inviter à rejoindre FarmVille (ou “Ferme Pays” si vous voulez la version plagiée et mal traduite) afin de l’aider à récolter ses fruits de merde.


La liste pourrait être encore très longue, mais je préfère ne pas vous pousser au suicide, vous qui êtes aujourd’hui face à cette dure confrontation avec l’humanité. Heureusement pour nous, il y a toujoursTwitter où nous réfugier encore quelques mois avant une arrivée massive de débiles. Hum, en fait non... Parce que oui, même tes amis sont débiles.


[Texte copié comme je l'ai trouvé ©Tous des débiles]

Libellés :

COMMENTAIRES : (10) REPONSE(S)



[10] Fanflickr

Aujourd'hui, ce n'est pas vraiment une découverte. Enfin, je parle pour moi car je la connais depuis des années et dès mon inscription, je l'ai ajouté dans mes contacts Flickr. Elle, c'est Caroline et comme j'ai 3 photos d'elle dans cette planche, autant la faire découvrir. Caro, cette jeune belge a soif de voyages. Elle ne fait que ça, partageant sa passion avec l'homme de sa vie. Et fin octobre, ils s'envoleront pour un grand voyage de 7 mois en Australie, avec un peu de Nouvelle Zélande et passage oblige aux States. En attendant, pendant que certains dévalaient les pistes de ski, ils se sont offerts une semaine à Londres et bien entendu, sont revenus avec plein de photos. Les deux dernières de l'avant-dernière ligne et la cabine téléphonique en font partie. Bien joué sur ce contraste sombre. J'aime beaucoup ! Alors, c'est pas parce que je la connais que je vous incite à aller voir. C'est parce que j'aime ses clichés, on voyage à travers eux et quelque part, c'est un peu de sa faute si j'ai aujourd'hui un réflex même si j'ai encore beaucoup de travail à accomplir avant de frôler son niveau. Trêve de blabla, voici un avant-goût de ce qui vous attend sur sa galerie.


Et une quinzaine de photos a été ajoutée hier sur une partie de ma ville : la passerelle.

Libellés :

COMMENTAIRES : (4) REPONSE(S)



Celui qui veut venir... ou pas.

Ca me rappelle un peu le jeu lancé par La perchée de service avec son fameux Cariaujoux qui trouvera même sa définition dans Wikipédia. Je n'ai pas participé mais j'ai bien ri en voyant les différentes hypothèses sur ce qu'était ou voulait dire Cariaujoux... Aujourd'hui, c'est totalement différent mais, si vous le voulez bien, je compte sur votre créativité pour jouer à ce que je vais vous proposer ci-dessous.

Avant toute chose, petit rappel des faits à lire ici. Ca date de 2009 donc lorsque vous lisez l'année dernière, faut penser à 2008 par exemple. Et ce matin, ce mail :

"Coucou. Je me suis surpris à rever de toi cette nuit et à mon réveil je me suis dit qu'il était temps de reprogrammer une date pour que je te rapporte tes affaires. Sous réserve de confirmation de ma part, es-tu dispo ce we. Vendredi soir en l'occurence. Si cela ne va pas pour toi, j'ai également une possibilité la seconde semaine du mois de juin. J'espère que tout va pour un mieux pour toi. Bisous".

Et c'est là que le jeu commence. Trouvez-moi les excuses les plus loufoques pour qu'il ne vienne pas (ça ne sera que la 5ème fois en 2 ans). En tout cas, qu'il vienne. Je ne déprogrammerai pas ma journée pour lui. J'avoue que ce post est un peu un private joke car sur Facebook, chaque intervention de ce cher Mathieu nous fait rire (enfin surtout les excuses qu'il trouve pour annuler sa venue. Ca mérite un recueil ou un TOP 10).

Réponse samedi dans les brèves, s'il est venu ou sinon, pourquoi.

Libellés :

COMMENTAIRES : (12) REPONSE(S)



[EDIT] J'ai un chéri
J'avoue avoir été un peu vache avec mon article de ce matin. Je tente de mêler mystère et actualité. Si à chaque fois, j'ai pris un grand plaisir à vous voir tomber dans le panneau, là, je reconnais que j'y suis allée un peu fort. Certains d'entre vous connaissent ma vie sentimentale passée et mon avis sur le sujet pour l'avenir. Et il est vrai que je vous ai donné de faux espoirs, vous qui deviez être sincèrement contents de cette nouvelle qui, au final, n'en est pas une. Certes, aucun d'entre vous ne l'a pris au sérieux et ne m'en voudra pour cette fausse joie mais bizarrement, pour la première fois, je me sens un peu mal de vous avoir, en quelque sorte, manipulé. En même temps, ça fait partie du jeu, ces articles "Mystère". Mais il y a des sujets que je ne devrais pas aborder afin de ne pas en blesser certains sur le dénouement final. Il ou elle se reconnaitra, suite au mail que j'ai reçu. Quoiqu'il en soit, je vais arrêter un petit moment les articles de ce genre car ils n'auront plus l'effet escompté si je vous y habitue. Alors non, toujours pas d'homme dans ma vie (d'ailleurs, l'article viendra bientôt). Et oui, je ne regrette pas mon achat (y a juste l'hydropulseur qui n'est pas si top que ça). A demain !

Libellés :

COMMENTAIRES : (6) REPONSE(S)



J'ai un chéri

Je vous ai annoncé samedi, lors de mes brèves, que mon moral était au summum. Je ne voulais pas lâcher l'annonce en quelques lignes. Ça méritait bien un article. Eh oui, ça y est. Je me suis décidée à m'ouvrir à l'amour. Difficile à croire hein ? Moi qui étais si réticente. Durant plusieurs mois, voire années, je restais campée sur mes positions : je ne veux pas d'hommes dans ma vie. Je ne dis pas que c'était à vie mais en tout cas, sur du long terme, c'était certain... Le déclic ? Il est apparu comme une évidence ce vendredi après-midi, premier de ce mois d'avril. Je ne crois pas au coup de foudre mais je savais que le seul regret que je pourrais avoir avec lui, était de ne pas avoir tenté. Alors je nous ai donné rendez-vous la semaine suivante. Un après-midi comme un autre. Mais pas pour moi. Non, mon coeur ne battait pas la chamade. Je n'ai pas atteint ce niveau mais j'étais quelque peu excitée de faire sa connaissance. Je suis restée une bonne dizaine de minutes avec lui. J'ai appris quelques info à son sujet qui m'ont bien plu. C'est là que j'ai franchi le pas, moi, la timide de service,  surtout dans ces moments-là. Le soir-même, nous nous sommes revus. En tête à tête. Nous étions complémentaires. Les mêmes attentes. Truc de dingue ! Je m'enflamme alors que c'est tout nouveau, je sais. C'est tout moi. Mais à l'heure où vous me lisez, je peux vous dire que je ne regrette pas. Je suis comblée. Il me fait vibrer. Et je voulais vous faire partager mon bonheur, vous qui me lisez depuis si longtemps et qui savez ô combien je n'ai pas eu de chance en amour et combien il me rendait malheureuse. Jusqu'à aujourd'hui... Son prénom ? Oral-B (rigolez pas, je me suis achetée une brosse à dents électrique avec hydropulseur. J'ai tellement souffert (encore un peu aujourd'hui et ça peut durer 2 semaines) que je souhaite mettre toutes les chances de mon côté pour pas que ça se reproduise. Chochotte quand tu nous tiens). Bon, je tiens quand même à préciser que mon bonheur se résume surtout à vendredi prochain ♥

Libellés : ,

COMMENTAIRES : (19) REPONSE(S)



[17] Brèves du samedi

J'ai regardé Avatar cette semaine. J'ai tenu 17 minutes puis ensuite, corbeille. Non franchement, je suis désolée mais je n'ai pas pu faire plus. Ce n'est pas une question d'ambiance. J'aurai été au cinéma, en 3D ou non, le résultat aurait été le même (bon, je serai restée dans mon siège durant 2h30). Mais là, voir des vaisseaux spatiaux et des bêtes humaines bleus de 3 mètres, c'était trop pour moi. De toute façon d'après les très nombreux avis que j'ai pu lire à droite, à gauche et en travers, l'histoire est bof mais les graphismes géniaux. Entre nous, lorsque je veux voir un film, surtout de 2h30, c'est en premier lieu pour l'histoire et non uniquement pour de jolies images...

Je devais passer ma journée avec Ramla, une amie qui venait chez moi vu que mon séjour parisien était annulé. Mais pas de chance, elle s'est retrouvée plâtrée suite à une entorse. Le RDV est reporté mais ça fait super plaisir que, du coup, on vienne à moi. Rien que cette idée me redonne du sourire au coeur et au moral...

Mon article annonçant la pseudo-fermeture de mon blog a fait péter mes stat' ! Je ne pensais pas que vous tomberiez dans le panneau sachant que j'avais déjà fait des articles mystères. Du coup, vous m'avez montrée combien vous aimiez me lire et que ça vous aurait bien embêté si Vivalivadia fermait vraiment. Là aussi, ça m'a fait chaud au coeur et au moral... C'est un blog, un simple blog. Un outil internet banal. Et pourtant, on finit par s'y attacher et il est normal qu'au fil du temps, on ne reste pas indifférent sur les retombées, surtout positives...

J'ai encore une très légère gêne à la dent mais ça va quand même bien mieux. Et j'ai passé une prise de sang mercredi. Elle m'a fait mal mais j'ai survécu. J'ai reçu les résultats hier. Et tu m'étonnes que je suis fatiguée ! Je suis en manque de vitamine D3 (du calcium quoi). Et c'est peu dire. Je dois être entre 30 et 80. Je culmine à 19... Mais sinon, tout baigne pour le reste. On va garder cet esprit positif et optimiste de cette semaine. Je me porte très bien ces derniers jours. Vous saurez très prochainement pourquoi...

Je vous souhaite un bon week-end et à lundi !

Libellés :

COMMENTAIRES : (7) REPONSE(S)



En photos
Il n'y a pas longtemps, j'ai découvert le tout nouveau blog de La Plume d'Eléphant (je crois bien qu'elle mentionne son prénom nulle part). Bref, elle a fait un tag qui propose de nous dévoiler en photos. Elle a eu la gentillesse de me le traduire afin que je puisse jouer le jeu. Et voici ce que ça donne :


001. Qui suis-je ?
002. Poulpy est la personne qui me connait le mieux
003. Je vais sur mes 28 ans
004. Ma famille et mes bêtes sont chères à mon coeur
005. Je ne me sépare jamais de mes bracelets
006. Je trifouille toujours mes ongles
007. Je suis au summum du bonheur lorsque je vais et suis à Paris
008. Le lundi matin, vous me trouverez à la maison
009. Je ne jure que par mes pieds en terme de moyen de transport
010. Mes yeux sont bleus/gris
011. Je suis fan de mon iTouch
012. Je me détends en musique
013. J'habite dans une petite ville, d'une renommée mondiale
014. Je râle tout le temps
015. J'adore le chocolat blanc
016. Je fais une fixette sur l'hygiène dentaire
017. Mes chats et mon chien dont je suis fière
018. Je peux me passer de téléphone
019. Ce que l'on ne sait pas encore de moi est forcément secret
020. Ma vie est monotone...

Je passe le relais à qui voudra le faire. Je pense notamment à Xelou, Loupy, Gaby, NinaRoxaneStouf etc...

Libellés :

COMMENTAIRES : (15) REPONSE(S)



[03] Ça te dit d'écouter de la vraie musique ?

Et là, c'est de la vraie de vraie ! Il y a 4 ans, sortait dans les salles le film "Once" (film salué par Steven Spielberg et qui a reçu le Prix du public au Festival de Sundance). Résumé : Il chante la femme qui l'a quitté, dans la rue, muni de sa guitare. Quant à elle, elle reste mariée à un homme qu'elle n'aime plus et travaille dans un magasin d'instruments. Une passion va les réunir : la musique. Ils composent et font de leur rêve, une réalité. Eux ? Ce sont Glen Hansard et Marketa Irglova qui ont accepté de jouer bénévolement dans ce film, faute de budget. Film qui deviendra un grand succès et qui, grâce à lui, offrira une certaine notorité à ce duo nommé The swell season. Je connaissais très vaguement Glen Hansard. J'ai cherché la BO de ce film mais j'ai mis du temps à percuter qu'il se produisait sous un autre nom. Deux voix qui se mélangent dans un style acoustique folk comme je l'aime tant. Elle est pianiste et chanteuse classique, originaire de Tchécoslovaquie. Lui, est un compositeur musicien irlandais. Deux grands passionnés rendant leur folk accrocheuse, entre joie et mélancolie. Leur premier album éponyme est sorti en 2006. Quant au second, il est apparu en octobre dernier sous le nom "Strict Joy". Sans oublier la BO du film qui est aussi, un véritable petit bijou. Je vous laisse d'ailleurs avec l'un des titres phares : Falling slowly, que vous pouvez télécharger gratuitement et légalement sur le site officiel du film (merci Gaby pour l'info).




Site officiel
Myspace
Page Facebook (limite, je vous y oblige)

A noter que Glen fait également partie d'un groupe Indie appelé The Frames dont il est le leader/chanteur et ce, depuis 1990 (à noter que celui qu'il succède n'est autre que le réalisateur du film Once). Neuf albums à leur actif que je vous invite à découvrir sur leur myspace et leur site officiel.

Libellés :

COMMENTAIRES : (3) REPONSE(S)



[09] Fanflick

Je passe moins de temps sur Flickr. Par contre, chaque jour, je regarde les dernières mises en ligne de mes contacts, ce qui me permet de créer de nouvelles planches mais du coup, ça limite mes découvertes. J'ai tout de même trouvé quelqu'un à vous présenter en ce jour. Elle se nomme Emma Jayne. Elle est toujours étudiante puisqu'elle a seulement 13 ans. Elle a débuté la photographie l'été dernier et il y a de quoi la jalouser. Un peu de vintage, beaucoup de poésie, et des visages de gosses d'anges. Elle a réussi à me faire aimer une photo de l'un deux. C'est pour vous dire ! Bref, la visite se passe ici.

Libellés :

COMMENTAIRES : (2) REPONSE(S)



Ton amour n'est plus

Pas une parole pour briser ce silence qui pèse tant depuis quelques minutes. Tête baissée, je joue avec la cuillère de ma tasse de café. Je n'y aurai pas touché. Il est froid. Je n'ai pas soif. Tu me tends un mouchoir pour essuyer la larme qui ne va pas tarder à glisser sur ma joue. Je refuse et m'essuie du dos de la main. La vie autour de nous ne s'est pas arrêtée. Des gens passent, d'un pas pressé, parfois lent. Des touristes ? Je ne sais pas et je n'ai pas envie de savoir. Un pigeon se faufile entre nos jambes à la recherche de miettes. Un vieil homme s'installe à côté de notre table, dépose son béret sur la chaise vide à ses côtés et déplie son journal. La fumée de sa cigarette m'enveloppe. Mais ça ne me gêne pas. Cette odeur que je respire, qui imprègne mes vêtements, mes cheveux, j'en ai que faire. Car je suis seule. Tu m'as quitté. Tu es pourtant toujours là. Assis à côté de moi, cherchant à prendre ma main pour me réconforter mais je l'évite. J'aimerai que tu t'en ailles mais les mots ne veulent pas sortir. J'aimerais m'enfuir mais j'ai peur que mes jambes ne tiennent pas. Je t'entends me parler mais mon cerveau n'enregistre pas tes paroles. En quelques minutes, peut-être même quelques secondes, ma vie a bousculé. Tu t'en vas. Sans moi. Ton amour n'est plus mais le mien, si. Je sais que quoi que je dise, je ne te retiendrai pas. Des images défilent sous mes yeux, perdus dans le vague. Des souvenirs. Des beaux. Des moins beaux. Certains me font sourire mais je me retiens de te le montrer. Et maintenant, je vais m'en construire d'autres. Ceux qui font mal, qui font pleurer, les soirs où je me retrouverai seule, recroquevillée dans mon lit. Physiquement, tu ne seras plus là mais ta présence construira ces douloureux souvenirs. Et ça commence maintenant, en cet après-midi de mai, sur la terrasse de ce café où tu m'as dis "Je m'en vais".



Texte entièrement inventé

Libellés :

COMMENTAIRES : (14) REPONSE(S)



Je dis adieu


Voilà, c'est fini. C'est ainsi. Il n'y a pas de négociation possible. Ce fut génial, je ne regrette rien de ce que l'on a vécu ensemble durant des mois. Mais l'inspiration n'est plus. L'envie également. J'ai tout fait pour retarder mais le moment est arrivé d'en finir. Je ne saute pas de joie. J'aurais vraiment aimé que ça se passe autrement mais pourquoi faire les choses à contre-coeur ? Les commentaires positifs et les encouragements sont d'une grande aide mais ça n'aura été, hélas, pas suffisant. J'y aurai mis mon coeur, mon temps. J'aurai eu des moments de doutes, de ras-le-bol, de succès, de passion. Mais aujourd'hui, c'est terminé. Et je sais que ça ne reviendra plus. Pourquoi persister dans quelque chose qui ne nous apporte plus rien ? Qui ne nous donne plus envie ? Ça ne sert à rien à part perdre mon temps. J'en aurai pris beaucoup pour réfléchir, moi qui agis très souvent sur un coup de tête, mais ma décision est définitive. J'ai juste eu du mal à me rendre à cette évidence. Je me suis faite violence pour qu'aujourd'hui, je puisse enfin tourner cette page. Par contre, je ne suis pas encore prête à tout effacer. Ce sont des souvenirs que je n'ai pas envie de perdre mais d'un autre côté, ils me font mal d'être justement des souvenirs...

Rangez vos mouchoirs, remettez-moi dans vos liens toussuite ! Naméo ! Je ne parle pas de Vivalivadia qui reste bien ouvert et ce, pour une durée illimitée. L'inspiration et l'envie sont toujours au rendez-vous. Ceci dit, j'espère avoir été crédible. Mon texte est vrai mais je ne faisais pas référence à mon blog. Je parle de Photoshop. Mon compagnon depuis 2002. J'en ai passé des heures dessus. Je m'étais renseignée pour faire une école mais pas les moyens financiers et matériels. Puis je n'ai jamais trop su si je voulais en faire un métier ou une passion. A cette époque, je créais beaucoup mais lorsque j'ai rencontré mon ex, tout a changé. Il a vu en moi celle qui lui serait un énorme gain financier puisque je ferai tous ses travaux gratuitement pour sa société d'événementiel (sites, logos, flyers, cartes de visite etc...). J'étais aveugle ou plutôt, je ne voulais pas voir la manipulation qu'il avait installé. Au final, il a réussi à me faire dégouter de Photoshop. Cela fait un peu plus de 2 ans d'espoir que l'envie revienne mais rien à faire. Cette époque est bien révolue. J'ai souvent ouvert le logiciel, j'ai des dizaines de liens et screen pour m'inspirer mais rien. Je commence le travail puis j'abandonne. Les amis m'encouragent, on me complimente beaucoup et je pense que c'est sincère mais cette passion est devenue un contre-coeur. Dernièrement, j'ai fais des créations pour me remettre dans le bain mais je n'étais pas du tout satisfaite de mon travail. C'est sans prétention que je peux même dire que je trouvais le résultat très amateur. L'inspiration ne reviendra plus. C'est définitif. Par contre, je n'arrive pas à effacer les dossiers qui font pas loin de 4Go. Je les garde, jusqu'à quand je ne sais pas, mais en tout cas, à l'heure où j'écris, je suis fixée : Photoshop et moi, c'est terminé.

Libellés :

COMMENTAIRES : (21) REPONSE(S)



« »