Pour toutes ces raisons


Un peu plus d'un an que je suis en couple. C'est également un peu plus d'un an que je réapprends à sourire. Lui et moi, ça a été le coup de foudre immédiat. Ce genre de sentiment auquel personne ne croit (surtout pas moi) et qu'on n'assume pas, surtout adulte. Et pourtant... Un peu plus d'un an que l'amour est encore et toujours présent. Et à moins de fautes ou d'aléas, je ne le quitterai jamais.

- Il se lève tôt chaque dimanche, peu n'importe la météo, pour aller chercher des croissants à 2km d'ici et me les apporter avec un cappuccino, au lit. Je n'ai jamais rien demandé mais j'ai appris à laisser les gens se faire plaisir en me faisant plaisir.
- Il a des délires aussi cinglés que les miens et ça fait du bien de ne pas se prendre au sérieux. On est plein de private joke que seuls nous deux pouvons comprendre.
- Il n'hésite pas à m'appeler ou venir me voir lorsqu'il a besoin de parler. Rares sont les personnes qui préfèrent rester seules et garder tout pour elles (genre moi).
- Il est sensible. Si l'émotion est trop forte, il ne retient pas ses larmes et n'en a pas honte. Voir son chien mourir devant lui fut bouleversant et c'est la première fois que je vois un homme agir ainsi : chercher mes bras pour pleurer.
- Il a un sourire renversant (et il le sait). Quand il me sort son sourire tout amoureux, je perds tous mes moyens. Heureusement, il n'en abuse pas sinon, il n'a plus son effet.
- Il dégage un charme fou.
- Il est bien foutu. Je suis folle de son dos. Il est bien sculpté. Ses longues années de sport intense y sont pour quelque chose. Il n'est pas musclor (ouf !) mais ferme. Et moi, la grassouillette, je suis fière de sortir avec un homme (qui a été) aussi prisé et qui m'a finalement choisie parmi de belles femmes.
- C'est une vraie bouillotte. Et plutôt que de m'envoyer bouler à l'autre bout du lit, il tient à ce que je me colle à lui pour me réchauffer.
- Il est plein de petites attentions. Non pas que je sois considérée comme une gosse ou une incapable mais il aime bien savoir si je vais bien et si j'ai besoin de quelque chose.
- Ses mains ne me caressent pas avec hésitation. Ses yeux ne me regardent pas avec honte. Et même si j'ai un énorme problème avec mon corps et mon image, ça aide à m'accepter.
- Lorsque je ne vais pas bien, il s'oublie pour m'occuper l'esprit. Il va m'emmener dans des endroits qui me plait et où je peux faire des photos (autres que de mes chats). Il me concoctera un petit cocooning un soir de week-end pour qu'on le passe rien que tous les deux, loin de tout.
- Il aurait pu se choisir une belle nana bien foutue et qui bosse. Au final, il est avec une moche, grassouillette et sans le sou.
- Il donne du sourire à mon père. Il comprend sa maladie, l'accepte, la vit.
- C'est un vrai bonheur de le regarder dormir. C'est apaisant même. Ca me fait stopper le temps, quelques minutes, et de me dire : j'ai de la chance.
- Il m'aime et accepte mon amour en retour. C'est ce qui compte...

[70] Brèves de la semaine


Bientôt un mois que je me suis lancée dans le Projet 366 et je suis surprise d'être encore en lice. Bon ok, j'ai pris un peu les devants en faisant des photos dès décembre mais j'arrive à tenir le rythme (car bon, je n'avais qu'une quinzaine de photos d'avance donc c'est extrêmement peu sur toute une année). Et vu les coups de coeur que je reçois pour chacune des photos, pas la peine de vous demander si ça vous plait. Alors merci !


Je n'ai pas fait de tapis de course depuis deux semaines et ça se ressent dans la forme et sur la balance. Je perds un peu de motivation même si j'ai perdu les kilos pris durant les fêtes. J'aimerai me mettre à courir mais j'ai vite mal à la hanche après. Je dois mal me tenir ou bien j'ai encore un *bip* de ganglion qui pousse mon muscle. Bref, ce n'est pas la grande forme (physique et morale). Bon, je me suis quand même rachetée 3 hauts sur Decathlon (l'offre était alléchante). Ca me boostera sûrement à me bouger un peu plus le popotin (genre).


J'ai changé la bannière. Elle me plait bien plus que celle que j'avais faite à l'arrache la semaine passée. J'ai également changé le fond tout en restant dans la dentelle. Je trouvais l'ancien trop chargé et trop sombre. Et ce n'est pas ce que je veux dégager sur MO... Photoshop ne me manque toujours pas. Enfin, en même temps, je n'attends plus après lui. Ce passé est bel et bien révolu. Tant mieux ? Dommage ? Je ne sais pas. J'aimais bien cette époque où je passais mes journées parfois soirées/week-ends à travailler sur des commandes. Ca me manque mais surtout par nostalgie...


Elio se porte à merveille ! Craquotte l'a adopté. C'est mignon de les voir jouer ensemble. Bon, Elio est un gros pépère qui dort très souvent alors que Craquotte a envie de jouer. Du coup, elle pleure (elle fait sa chaudasse) surtout en pleine nuit. Elio a tellement pris ses aises qu'il pique les endroits préférés de Craquotte (la paniotte devant le fourneau, le haut de l'arbre à chat). Quant aux friandises, il déboule dès qu'il m'entend ouvrir la porte. J'adore ^^

Allez, bon week-end. Je file chez Monsieur !

Petit jeu des questions intimes


Ah et sinon, je squatte chez une salamandre (qui adore les bébettes poilues comme moi) pour l'interview du jeudi. Ca se passe ici.

Merci à elle de m'avoir contactée et j'espère que ça vous plaira (et que je me ferai connaitre auprès de nouvelles lectrices (tant qu'à faire ^^)).

[01] Je fais ma fille


Comme je l'ai annoncé en début d'année, je me lance dans les soins capillaires. Je ne suis pas le genre de filles à squatter les sites et magasins de cosmétiques. Pour tout vous dire, je me contente d'un shampooing et son après-shampooing. Quant au visage, un gel moussant (oui, tapez-moi, huez-moi, désabonnez-vous de moi (euh non, pas ça hein)). Mais l'année dernière, j'ai un peu fait n'importe quoi avec ma crinière. Pas de soins, exposition répétée au soleil, beaucoup de tresses africaines avec des élastiques inadéquats, l'usage du sèche-cheveux et j'ai laissé mes longueurs s'envahir de fourches. Au final, j'avais carrément une botte de foin sur la tête.

Depuis un mois, tout a changé. J'ai coupé pas loin de 15 cm, juste avant de me faire un henné. Mes cheveux sont au-dessus de mes coudes. A la veille de chaque shampooing, je badigeonne les longueurs ainsi que les pointes, d'huile de Monoï, spécial cheveux. Un chignon tenu par un chouchou et je dors ainsi toute la nuit. Au lavage, je me contente du shampooing Mixa pour bébé. Faut dire que lorsque j'ai vu les prix des produits bio ou à faire soi-même, j'ai laissé tomber l'idée. Je veux bien prendre soin de mes cheveux mais y a des limites.


Lors du séchage, je me suis procurée ce baume de kératine. Dès sa première utilisation, j'ai senti la différence. Mes longueurs sont plus douces et donc moins sèches. L'utilisation du sèche-cheveux me chiffonne dans cette affaire mais la kératine a besoin d'être chauffée pour s’imprégner dans la chevelure.

Ah et j'ai jeté ma bonne vieille brosse pour brushing qui agressait mes cheveux (bien que ça démêlait mais esquintait à la perfection). Bonjour à la brosse 100% poils de sanglier, achetée 2€ à la Foir'Fouille et qui fait parfaitement l'affaire comme une Babyliss à 8€. Bref; c'est un bonheur de me coiffer avec. Mes cheveux ne sont pas statiques, le coiffage ainsi que le démêlage se font en douceur. Genre je dois me coiffer une quinzaine de fois par jour maintenant...

Un mois donc que je prends soin de mes cheveux. Je n'ai malheureusement pas fait de photos pour vous montrer la différence. Il faudra vous contenter de mes paroles écrites. Mes cheveux sont plus doux, plus brillants. Ils paraissent moins lourds. Le baume réparateur est fidèle à son action. Il a donné du volume à mes pointes qui ne sont toujours pas sèches ni cassantes.

Mes cheveux mesurent actuellement 66cm. Je n'ai pas encore la crinière de Beyoncé ou autres stars qui nous renversent en un coup de tête mais j'espère, dans quelques mois ou plutôt, dans 20cm, obtenir ce joli résultat  :



Baume de kératine forte par Biocyte :
- 17€ le pot de 100ml
- Acheté en parapharmacie

Avantages :
- Efficace dès la première utilisation
- Sa texture crémeuse
- Son parfum
- Son prix (c'est cher sur le moment mais si on l'utilise 2/3 fois par semaine, il y a de quoi tenir des mois voire une année facile)

Inconvénients :
- Utilisation du sèche-cheveux pour une meilleure efficacité de la kératine

[05] Confiture de Noël


Bon ok, je m'y prends tard mais en même temps, avec les soucis qu'on a eu durant les fêtes, ma mère et moi avions d'autres chats à fouetter (Craquotelio et Kismy se portent bien hein). C'est pourquoi, c'est seulement maintenant que l'on a fait la fameuse confiture de Noël que ma mère a trouvé il y a une dizaine d'années, dans un magazine. 

La confiture de Noël, je n'y ai jamais goûté. Pourtant, ça doit rendre super bien sur une tartine grillée légèrement beurrée. Mais je trouve toujours les confitures trop sucrées. Puis dans la confiture de Noël, il y a de l'orange et moi pas être copine avec elle. Mais, j'ai voulu enfin goûter. Parce que bon, ça prend beaucoup de temps pour la préparer (donc je voulais savoir dans quoi je m'aventurais à chaque fois) et il n'y a pas que de l'orange. A vrai dire, cette dernière est là juste pour relever un peu le goût.

Avant d'aller plus loin, sachez que cette confiture n'est pas donnée. Pour une quinzaine de pots, il faut compter 35€ d'ingrédients. Ca revient un chouilla plus cher qu'une confiture classique achetée dans le commerce mais celle-ci regorge d'ingrédients plus bons les uns que les autres.

Préparation : 1h
Repos : 12h
Cuisson : 40min

Ingrédients (pour 15 pots) :
- 1kg de pommes
- 2kg de poires
- 500gr de pruneaux
- 500gr de dattes
- 500gr de figues
- 500gr d'abricots secs
- 500gr de noix concassées
- 300gr d'amandes effilées
- 6 oranges non traitées
- 3 citrons non traités
- 4 cuillères à café de cannelle
- 2kg de sucre cristallisé

01. Lavez les fruits, sans les peler.
02. Râpez le zeste des citrons et des oranges.
03. Dans une grosse cocotte, mettez les dés de pommes et de poires.
04. Ajoutez les citrons et les oranges en quartier (ils se liquéfieront à la cuisson).
05. Versez 2 verres d'eau et laissez mijoter 20min à couvert.
06. Pendant ce temps, coupez pruneaux, dattes, figues et abricots en dés.
07. Les ajouter à la préparation ainsi que le zeste des citrons et des oranges.
08. Laissez reposer une nuit (ou une douzaine d'heures)
09. Après le temps de pause, versez le sucre et la cannelle.
10. Portez à ébullition tout en remuant.
11. Laissez bouillir 10 minutes puis ajoutez les amandes et les noix.
12. Prolongez la cuisson de 10 minutes jusqu'à consistance nappante.
13. Mettez dans des pots.
14. Savourez !



PS : Sur une tranche de quatre-quarts passée au grille-pain, c'est délicieux ;)

[69] Brèves de la semaine


Retour des brèves. Ca fait bien longtemps que je ne les avais pas réutilisé. Même si je n'ai pas grand chose à dire...


Elio prend petit à petit ses aises. Il ne calcule absolument pas les attaques sonores de Craquotte. Cette dernière commence à tolérer avec bien grand mal sa présence. Elio fait toujours son craintif. Pas habitué à voir/entendre du monde tout au long de la journée, lui qui n'avait que ses compagnons à 4 pattes du matin au soir. Je n'ai plus de nouvelles de son ancienne maîtresse. J'ai envoyé 1 MMS (photo ainsi que 2/3 lignes de nouvelles) lundi. Même pas une réponse. Je l'avais déjà mal jugé en se débarrassant d'un chat sous prétexte qu'elle voulait un chien alors là, ça confirme bien ce que je pense d'elle : elle n'aime pas vraiment ses bêtes pour s'en séparer comme d'un sac à mains à deux balles sous prétexte que le dernier Vuitton est sorti. Bon, j'exagère peut-être sur la comparaison mais c'est le sentiment qu'elle nous a donné à Fred et moi lorsqu'on est venus chercher Elio. En attendant, il est heureux. Il ne rechigne pas à jouer, se faire caresser. Il ronronne, se goinfre de croquettes, découvre les friandises (pas de trop, bien entendu) et savoure les joies de la paniotte près du fourneau. Je ne sais pas s'il était heureux dans son ancienne maison mais là, il n'est pas à plaindre. Surtout quand Craquotte acceptera de copiner avec lui.


Je suis allée visiter 2/3 bijouteries car j'ai l'intention de m'offrir une bague. En argent. L'or blanc, ça sera pour plus tard. Mon ancienne bague ne me va plus. Puis j'ai envie de changer. Je me tâte à me faire ce petit plaisir. C'est une folie dont je peux me passer mais dans un sens, je ne compte pas mettre plus de 60€ dans une bague soldée. C'est raisonnable, non ? C'est toujours beaucoup moins cher que de passer par un mariage pour porter une alliance.


Ah et mon pacte passé avec ma mère à qui je dois donner 5€ pour toute chose pas catholique dans un régime que j'avale, ça fonctionne. Mais je vous en parlerai plus longuement dans 2 semaines, un mois après avoir installé ce principe du "Tu te goinfres de cochonneries ? Tu vas le payer !".

Bon week-end ! Pour ma part, ça sera pépère chez Monsieur ^^

Je me confesse


01. Quel est, pour vous, votre plus gros défaut ?
Un manque cruel de confiance en moi. Je ne m'aime pas, je me sous-estime. Je vois déjà l'échec avant même d'essayer. Je n'ai aucune idée de ce que je vaux et le peu de bien que l'on dit sur moi, je peine à y croire. 

02. Que penseriez-vous d’une personne ayant vos traits de caractère ?
Qu'elle gâche sa vie en ne s'aimant pas et en se privant de bien de belles choses.

03. Avez-vous déjà connu un amour interdit ?
Absolument pas.

04. Que voyez-vous dans votre avenir ?
J'évite d'y penser histoire de ne pas tomber de haut. Je ne rêve pas de grand chose à vrai dire. Je sais garder les pieds sur terre depuis quelques années. Profiter le plus possible de mon père tant que sa lucidité nous le permet. Et puis continuer à vivre de bons moments avec Fred.

05. De quoi est né votre dernier fou rire ?
Fred trouve marrant de venir me lécher le cou. Ca chatouille tellement que je le plie pour pas qu'il y ait accès. Du coup, ça me fait un rire plus que bizarre (un genre de krikrikri) qui nous fait partir tous les deux dans un fou rire. Autant dire qu'il en profite le saloupiot !

Craquotelio


Il y a un an, jour pour jour, je ramassais le corps sans vie de mon Berlioz. Cinq jours après, j'accueillais Craquotte. Et bien qu'elle soit la race dont je rêvais tant, ça ne fait seulement que 2/3 semaines que j'ai fini par l'apprécier. A sa juste valeur.

Non pas que je l'ai rejeté. Mais elle n'était pas Berlioz. J'ai fait l'erreur durant des mois de la comparer à lui. Je nous ai mis une sorte de barrière entre nous. Je ne voulais pas m'attacher à elle comme j'étais attachée à Berlioz.

Il y a quelques mois, Craquotte c'était... ouais, sans plus. Elle est mignonne, drôle mais ça s'arrête là. Et c'est seulement le mois dernier que j'ai finit par vraiment la découvrir. A ranger Berlioz dans ma boite à souvenirs et aller de l'avant.

Oui, pour ceux qui ne comprennent rien à l'amour des bêtes, j'ai mis presque un an pour faire mon deuil.

Bref.


Craquotte me suit partout. Elle dort avec moi. Mes parents ont l'impression de ne plus avoir de chat. Du jour au lendemain, elle les a zappé pour moi. Où que j'aille dans la maison, elle me suit. Si je m'enferme aux toilettes ou à la douche, elle va s'égosiller durant 10 bonnes minutes pour se décider à m'attendre en silence, derrière la porte.

Craquotte, ce sont des "grou" qu'elle lâche aussitôt qu'elle me voit ou dès que je la caresse. J'adore ça. Craquotte, ce sont des dizaines de tentatives pour la prendre en photo. Craquotte, c'est faire la piscine dans sa gamelle d'eau. Au départ, tu râles pour ensuite, en rire. Craquotte, c'est une belle et jeune Maine Coon affectueuse qui a son caractère. Et je n'avais pas le droit de la comparer à Berlioz.

Nous sommes devenues fusionnelles. Elle ne vit qu'avec moi, ignorant les appels de mes parents, dans l'espoir de l'avoir avec eux, devant la télé ou au lit. Elle a décidé qu'elle ne me lâcherait pas les baskets.

Elle me donne l'impression que, malgré ma présence et mon attention, elle n'est pas complètement comblée. A moins que ce soit moi qui me suis mise cette idée en tête. Le fait est que ma mère m'en a mis une : celle de lui trouver un compagnon de jeu. Car oui, j'ai beaucoup de temps libre à lui consacrer mais c'est bon pour quelques minutes par-ci par-là. Et je n'ai pas pris Craquotte pour la bombarder de jouets afin qu'elle joue toute seule.

Je m'égare...

Je disais donc... Ma mère m'a subtilement parlée d'un second chat. Mais bizarrement, me connaissant, ça ne me disait rien. Elle a insisté. Un peu. Beaucoup. Pas de trop. J'ai cédé. Alors j'ai parcouru le coin qu'est bon. En même pas deux minutes, je suis tombée sur une annonce qui me plaisait fortement. Le lendemain, je passais une heure au téléphone avec l'éventuelle ex-maîtresse de celui qui s'appelle Elio. J'étais conquise.


Elio, c'est un Maine Coon mâle comme je les aime (et comme j'espérais avoir mais à cette époque, il ne restait plus qu'une femelle : Craquotte). Elio va sur ses 3 ans. Son poids varie entre 7 et 8kg. Il frôle le mètre en longueur et ses poils font en moyenne 15cm. Il est beau. Il est grand, carré, poilu, un poitrail prononcé, des couleurs que j'aime bien et un quelque chose qui me rappelle Berlioz.

Je vous arrête net. Je ne cherche pas un chat pour me faire rappeler Berlioz et encore moins remplacer Craquotte. Je cherche un second chat. Pour me rappeler l'époque où j'en avais plusieurs, où c'était un bonheur de les voir jouer ensemble, se faire la toilette, squatter différents coins de la maison etc... Même si j'apporte beaucoup à Craquotte, je ne peux pas lui apporter ce qu'un autre chat peut lui apporter.

Elio est donc adulte. Je n'aurai donc pas la surprise de son apparence lorsqu'il grandira. D'accord, les chatons, c'est cro mignon tout plein. Le prix l'est beaucoup moins. Il est stérilisé et vacciné. Des frais en moins. Son éducation a été faite. Du boulot en moins.

Il est mon cadeau pour mes 30 ans. Avec 3 mois d'avance.

Elio est à la maison depuis samedi. Le contact avec Craquotte ne fut pas des plus chaleureux mais c'est normal. J'avais une crainte énorme que Craquotte me fasse une crise de jalousie. Gagné. Ca fait quelques jours mais ils se découvrent encore. Elio a pris ses marques avec timidité. Craquotte peine encore à partager ses gamelles.

Son ancienne maîtresse a dû se séparer de lui pour des raisons personnelles. Sur ses 4 chats, Elio était le plus logique à se trouver une nouvelle famille. On s'est promis de rester en contact par photo et téléphone. Elle m'a assurée qu'il était une crème et que je deviendrais sa seconde mère de substitution. Elle n'a pas menti.

Ah et sinon, il ne sait pas miauler. Il sort un son comme le serpent. L'agressivité en moins. J'ai du mal à m'y faire. Il ne sait simplement pas exploiter ses cordes vocales. Et lorsqu'il joue, il renifle comme s'il allait éternuer. Là aussi, faut s'y habituer. Ainsi qu'à son ronron silencieux. Mais ça ne l'empêche pas d'être très câlin et il donne beaucoup de sourires à mon père.


PS : Pour ceux et celles qui aiment les miaous, il y a toujours mon Flickr. Inutile de préciser qu'Elio sera la vedette de ces prochains jours...

Pour le bonheur de vos oreilles

De la musique pour bien commencer l'année. Quelques titres en vrac car j'ai tellement découvert de jolies choses ces dernières semaines que je ne vais pas réussir à m'en sortir si je fais une chronique pour chacune d'entre elles. J'espère que ça vous plaira.








Et le seul homme de la sélection :

T'es bouché ou quoi ?


Bon, on va encore dire que je ne fais que râler mais passer les fêtes dans la merde, c'est pas l'top. Oui oui, dans la merde. Na parce que, comment dire ? Hum...

Depuis que ma mère et moi n'allons plus aux repas de famille, nos réveillons de Noël sont merveilleux. C'est pas ironique hein. Pas de cuisine ni de vaisselle. Pas d'hypocrisie et de longues heures à table. Tu es libre de manger ce que tu veux, faire ce que tu veux et te coucher quand tu veux. Bonheur. Bon, en 13 ans, on a quand même fêté Noël. Deux fois. Et on s'en mord grave les doigts.

La première fois, c'était en 1999. Pour l'occasion, mes parents avaient investi dans des décorations extérieures. Et si tu te souviens bien, c'est cette année où l'on s'est coltiné la tempête. Repas dans le noir, sans électricité, mangé froid et guirlandes foutues.

Quant au second réveillon, c'était le dernier en date. Et figure-toi qu'il fut pire, dans un tout autre domaine. Tu vois, jeudi, deux jours avant le repas, on découvre que la chaudière tombe en panne. Ô joie. Et nous revoilà à faire un sacré bond temporel dans le passé, à devoir chauffer l'eau pour nous laver et faire la vaisselle. Heureusement, ça n'a duré que 2 jours. Mais attends, je te conte le pire : à quelques heures du repas, v'là ti pas que les toilettes sont bouchées. Pensant à un pauvre petit bouchon, on ne s'est pas vraiment inquiété. Sauf que, pendant qu'il y en a qui s'occupait des derniers préparatifs, Fred, les voisins, mon frère, ma mère et moi, on creusait. Car ça venait de l'extérieur. Mais vas-y pour retrouver ce putain de regard lorsque l'ancien proprio ne se souvient pas de l'endroit précis et que ce n'est pas indiqué sur les plans de la maison. Ah ça, on en a fait des trous, à la pelle, à la pioche, etc... On a creusé, on s'est relayé. On s'est permis très peu de pauses. Et pour là aussi on a fait un sacré bond dans le passé (mais je t'épargnerai les détails sur nos toilettes de fortune. Ma dignité en ayant pris un coup).

On a stoppé les travaux car on voulait quand même fêter le réveillon. Dimanche, on a fait une pause. Et lundi, pendant que d'autres profitaient de leurs vacances ou se la coulaient douce au boulot car le boss n'était pas là, dès 9h, on se remettait à creuser. En fin de journée, on a exigé que le proprio se pointe car on avait sérieusement les nerfs entrain de lâcher. Et on l'a entendu dire "Ah mais il est là". OK, on a contourné ce putain de regard à 10cm près et on a été jusqu'à 2m de profondeur alors qu'il avait été rehaussé à 15cm du sol. Mais ça, ce con avait oublié de nous le préciser au téléphone samedi. Ce qui nous a voulu donc de faire des tranchées pour rien.


Pensant que le regard trouvé mettrait fin à nos soucis, que nenni ! Car après moult recherches, tentatives de débouchage etc... On a conclu que les canalisations avaient pété. A deux endroits. Tant qu'à faire... Pour nous, les travaux s'arrêtent ici. Nous sommes esquintés de partout. On a dormi peu et faut dire que bosser dans la merde, y a de quoi avoir les nerfs très sensibles. Merci à Fred et son père d'avoir consacré le week-end des fêtes et 3 jours sur leur semaine de vacances pour nous aider. Ainsi qu'à nos chers voisins qui sont venus prêter mains fortes.

A l'heure où je vous écris (nous sommes mercredi 28), nous avons toujours un gros fossé contre la maison mais le professionnel qui est venu à notre secours, mini-pelleteuse et marteau-piqueur en poche, a réglé les toilettes, ce qui était le plus urgent quand même.

Y aura pas de 3ème réveillon. Moi j'vous l'dis !

Et sinon, t'as fait quoi ?



1. Qu’as-tu fait en 2011 que tu n’avais jamais fait auparavant ?
- Dormir sous une tente
- Voir un rallye
- M'habiller en sport (en dehors de l'école)
- Me servir d'outils de jardinage/bricolage
- Tronçonner un arbre
- Me mettre au café
- Passer à la frange droite

2. As-tu tenu tes bonnes résolutions et quelles seront celles de 2011 ?
J'espérais être toujours en couple et garder les mêmes amis. Mission accomplie. Pour cette année, la même rengaine, en plus du régime. Peut-être faire un peu plus de photos de mon père car en 2011, j'ai un peu mis ce projet de côté.

3. Est-ce qu’une personne proche a accouché ?
Deux amies du net.

4. Est-ce qu’une personne proche est décédée ?
La mamie de ma poulette

5. Quels pays as-tu visité ?
Aucun

6. Que souhaites-tu pour 2012 qui t’a manqué en 2011 ?
Je n'ai passé qu'un seul week-end en amoureux. J'aimerais réitérer la chose.

7. Quelles dates de 2011 resteront gravées dans ta mémoire et pourquoi ?
- La venue de mon exception à mon anniversaire. Sa rencontre avec Fred a été géniale. D'excellents fous rires.
- La disparition de mon Berlioz. Ça fera un an dans quelques jours d'ailleurs. Ce matin-là, je l'avais mit dehors alors qu'il réclamait des câlins...
- Le réveillon du Nouvel an que je n'avais pas fêté depuis de biens nombreuses années. D'énormes fous rires et de jolies photos en souvenir.

8. Quelle est ta plus grande réussite de l’année ?
D'avoir soutenu le regard de certaines personnes et que l'on me rabâche que je suis quelqu'un de vraiment bien.

9. Quel est ton plus grand ratage de l’année ?
Mon régime

10. As-tu été malade ou blessée ?
Une douleur au genou après avoir un peu forcé au vélo (en même temps, faire de la route avec un pur vélo de descente, c'est bien fait pour ma pomme. Enfin, mon genou).

11. Quelle est la meilleure chose que tu aies acheté ?
J'ai offert un GSM à Fred, avec l'argent reçu à Noël, car le sien a rendu l'âme.

12. Quel comportement mérite des éloges ?
J'ai tenu bon face aux rumeurs qui ont cherché à détruire mon couple.

13. Quel comportement t’a affligé ?
La méchanceté de certains

14. A quoi as-tu consacré le plus d’argent ?
Le peu que je récupérais, je le gardais pour payer mon abo GSM.

15. Qu’est-ce que tu as attendu avec le plus d’impatience ?
Des résultats médicaux

16. Quelle chanson te rappellera 2011 ?
Le générique du dessin animé "Oggy et les cafards"

17. Comparé à la même époque, l’an dernier, tu es ?
a) plus ou moins heureuse ?
Bien plus heureuse !

b) Plus ou moins grosse ?
12 kg en trop

c) Plus ou moins riche ?
Moins riche

18. Qu’aurais-tu aimé faire de plus ?
Des balades avec mon Bout' Bout'

19. Qu’aurais-tu aimé faire de moins ?
Penser à l'avenir plutôt qu'au moment présent

20. Comment as-tu fêté Noël ?
Le réveillon à la maison avec les beaux-parents et le lendemain, chez eux.

21. Quel a été ton mois préféré en 2011 ?
Fred a eu beaucoup de semaines de chômage donc on a pas mal profité tout au long de l'année

22. Es-tu tombée amoureuse en 2011 ?
Non, j'ai simplement continué à l'être

23. Combien de coups d’un soir ?
Aucun

24. Quelle a été ton émission télé préférée ?
Baby Boom sur TF1

25. Est-ce que tu hais quelqu’un aujourd’hui que tu ne haïssais pas l’an dernier à la même date ?
Non, j'ai autre chose à faire que de m'attarder sur eux

26. Quel est le meilleur livre que tu as lu cette année ?
"Le saut de l'ange" de Carlos Ruis Zafon (même si je peine à le finir, par manque d'envie et de temps)

27. Quelle a été ta plus grande révélation musicale ?
Le dernier de Voulzy et Adele (bien que je l'ai découverte sur Myspace avant la commercialisation de son premier album "19")

28. Qu’as-tu souhaité et obtenu ?
Que mon père se souvienne encore de nous

29. Qu’as-tu souhaité en vain ?
Perdre mes kilos pris au début de mon couple

30. Quel a été ton film préféré cette année ?
"Minuit à Paris" reste mon dernier coup de coeur (bien que j'ai vu beaucoup de films, bons comme moins bons)

31. Qu’as-tu fait pour ton anniversaire et quel âge as-tu eu ?
29 ans. Un week-end en Alsace avec pique-nique sur les hauteurs en compagnie, en dehors de ma famille, des personnes les plus chères à mon coeur : Fred et Prisci.

32. Quelle chose aurait fait de 2011 une année incommensurablement satisfaisante ?
Si Berlioz n'était pas parti, si je n'avais pas repris autant de kilos, si la maladie de Papa avait stagné

33. Comment décrirais-tu ton style vestimentaire de 2011 ?
Beaucoup moins féminine qu'avant. Et je déteste ça. Il y a eu beaucoup de sorties vélo et mes allers et venues chez Fred (4km) se font à pied. Alors forcément, la tenue sportive est la plus adaptée dans ces conditions.

34. Qu’est-ce qui a garanti ta santé mentale ?
La présence de Fred et de ses parents

35. Quelles personnalités t’ont le plus fait fantasmer ?
Ryan Gosling est quand même bien plus mieux que Bradley Cooper (oui, je relance la polémique)

36. Quelle question politique t’a le plus remuée cette année ?
Toutes

37. Qui t’a manqué ?
Berlioz et Prisci à qui je n'ai pas donné beaucoup de nouvelles ces dernières semaines.

38. Quelle nouvelle rencontre a été la plus importante ?
La bande de potes qui est la plus délirante et fidèle que je n'ai jamais connu

39. Quelle leçon as-tu tiré de 2011 ?
Qu'il serait temps que j'arrête de justifier mes choix et que je vive pour moi

40. Les paroles de quelle chanson résument-elles le mieux l’année écoulée ?
Je n'ai pas baigné dans la musique durant 2011 mais ça serait une chanson d'optimisme et d'espoir

Une page se tourne


2011, je l'ai terminé avec des tuiles qui nous sont tombées dessus, mes parents, mon frère et moi : la chaudière qui tombe en panne à 2 jours du réveillon de Noël. A quelques heures du repas, c'était au tour des toilettes de se boucher (ça mérite carrément un article car ne venez pas croire qu'il a juste fallu prendre une ventouse, ça serait trop facile, vous pensez bien). Entre les deux fêtes, la voiture qui tombe en rade. En réparation durant plusieurs jours. Ensuite, ce fut mon GSM qui a dû subir un hard reset mais toujours rien de bien concluant.

Et au cours de l'année 2011, bah y a eu beaucoup de rires. Beaucoup de soirées. Des potes que j'ai rencontré sur le tard et que j'adore. C'est simple : en été, on s'est vus quotidiennement. J'ai d'ailleurs fini 2011 avec, entre autre, mon chouchou du groupe. Il y a aussi des personnes qui se sont effacées de ma vie, avec ou contre ma volonté.

Des personnalités se sont affirmées. Certaines, dont une, m'a énormément déçue. Je la subis encore par respect pour les proches que nous avons en commun. D'autres, par contre, m'ont apporté beaucoup. Belle-Maman adore ma compagnie. Et Beau-Papa a +/- dit à son fils que j'étais la fille qu'il n'a pas eu. Si avec ça, j'ai encore des doutes sur mon acceptation dans la belle-famille, c'est qu'il y a un sérieux problème !

Fred se porte bien. Moi également. Merci à lui. On continue à se découvrir, à se supporter avec toujours autant de faciliter, à s'aimer comme au début. Les petites attentions sont toujours là. Et je suis heureuse. En 2012, on va tacher de se consacrer des petits week-ends dans la région. On l'a fait qu'une seule fois l'année dernière.  Ca nous avait bien plu et fait beaucoup de bien mais on a été trop bêtes de ne pas réitérer la chose. On va rattraper le retard.

La maladie de mon père a évolué. Un peu plus que je ne l'avais imaginé. Je ne peux m'empêcher de penser à l'avenir. Comment ça sera dans un an ? Se souviendra-t-il encore de nous ? Oh, je profite de lui au moment présent mais il est difficile de vivre sans cette peur. En 2012, je me détacherai de sa maladie car en 2011, je me suis oubliée. Je me suis un peu trop focalisée dessus. Il n'est pas encore l'heure de pleurer. Il faut profiter et ensuite, on avisera. De trop anticiper, ça ne fera qu'aggraver la situation et je dois me préserver.

2011, j'ai fait n'importe quoi avec mon corps. Je me suis goinfrée en été. Je n'ai pas su profiter sans tomber dans l'excès. Bien fait pour moi. Résultat : 6kg de rajoutés lors des fêtes. Mais 2012, c'est rebelote régime. Car on a beau dire qu'on a un homme qui nous aime, ça ne suffit pas. Et ça ne m'aide absolument pas dans mon estime. Alors j'ai en projet de perdre 10 kg pour cet été. Je réduirais mes repas chez les beaux-parents et j'augmenterai mes fréquences de marche. Et comme si je ne croyais pas du tout en ma motivation, j'ai fait un pacte avec ma mère. Je lui donne 5€ à chaque chose pas compatible avec le régime que j'avale. Et à chaque kilo perdu, je gagne 5€. Ca devrait m'aider, moi qui ai de l'argent sur mon compte qui n'excède pas les 3 chiffres...

En 2012, je vais faire ma fille. Je rêve de retrouver de beaux et longs cheveux. Marre de les couper tous les 3 mois et de les voir toujours à la même longueur (au-dessus des coudes). Je garderai mon shampooing Mixa et je ferai mes colorations au henné. Je vais simplement rajouter des masques naturels. Je me décide à découvrir le bio autre qu'à travers de longues recherches Internet. 

J'ai commencé 2011 avec la perte de mon Berlioz et des remises en question de mon couple. J'ai terminé l'année dans la poisse et les fous rires. Je commence 2012 avec le moral. Adieu les résolutions non tenues, les mêmes qu'on rabâchage chaque premier mois de janvier. Cette fois-ci, je n'en ferai pas. Sauf peut-être une seule : collectionner les sourires. Les miens et ceux des autres. Plus j'en aurai et plus cette année 2012 sera belle. J'ai envie d'y croire...

[04] Concentré de conneries


61. J'étais avec ma soeur et Ingrid (sachant que mon frère n'a pas de seconde soeur)
62. Les crottes de nez, c'est le cerveau qui se dégage
63. Le jour du lendemain
64. C'est du sirop d'alcool
65. C'était hier, dans la semaine
66. Surtout quand la pluie est mouillée
67. Y avait de la neige. C'était en été
68. L'intestin grêle mesure 20 mètres
69. Quand t'es mouillé, autant être trempé
70. Je suis nul mais performant
71. Je n'ai pas entendu de traces de pas
72. C'est ce soir à 1h du matin
73. Tu dois cailler de chaud
74. Je suis allé me baignader
75. Si je gagne, c'est que je gagne
76. On ne dort pas dans le coin de la table ronde
77. Dès que j'ouvre, je suis plus là
78. J'ai emmené mon magasin au vélo
79. J'ai besoin de mon boulot pour aller au vélo
80. Même en dormant, je fais la gueule aux gens
 
Free Website templatesRiad in FesFree Flash TemplatesFree joomla templatesCr�ation site internetConception site internetMusic Videos OnlineFree Wordpress Themes Templatesfreethemes4all.comFree Blog TemplatesLast NewsFree CMS TemplatesFree CSS TemplatesSoccer Videos OnlineFree Wordpress ThemesFree Web Templates